Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 16:45

Je vais commencer par des remerciements, à Babelio, d'abord, de m’avoir choisi et aux éditions Hamac, ensuite, de m'avoir envoyé ce livre.

En général quand on offre des fleurs, le pot vient avec.

La question principale étant : pourquoi je me suis senti mal-à-l’aise pendant toute cette lecture ?

 

À Angoulème, ville des Charentes où il ne passe jamais grand chose*, nous pénétrons dans la vie de deux familles liées par Paulo, le résultat de l'idylle de Lise, fille de Jeanne et d'Edmond, et d'Henri, issu de Mathilde et Ludovic.

Mais Henri était violent, Lise l'a quitté et Paulo se trouve bringuebalé entre ses parents séparés, ses grands-parents, ses tantes et ses oncles.

* si ce n'est le festival de la BD

 

Alors, me direz-vous pourquoi ce mal-être ?

Simplement parce  que tous les personnages, sauf  Paulo, m'ont déplu. Ils sont faibles ou médiocres, désagréables ou pitoyables, stupides ou inconséquents, alcooliques ou foldingues, fainéants ou ambitieux. Aucun ne m'a été sympathique.

 

Et l’auteur en rajoute, n’hésitant pas a affublé l'enfant d'Annette, soeur de Lise et de Vincent, l'alcoolique de service, d’un pied bot.

 

Heureusement il y a Paulo, qui grandit, parfois dans la peur, parfois dans le déni, souvent dans l’indifférence mais pas sans amour.

 

Roman sur la tristesse des rêves oubliés et ratés, des rencontres malheureuses et des défauts qui s’intensifient quand l'amour se délite dans  le triste quotidien.

 

Heureusement il y a Paulo…

 

Je ne sais pas si l’auteur a vécu ce genre d'enfance mais son message reste clair ;

une jolie fleur peut pousser dans une décharge marécageuse si on l'arrose avec de l'amour.

       

Pour le concours province de France de Lystig. Enfin !

 

 

La baleine de parapluie de Stéphane Libertad, Hamac, 2013, 285 pages, Roman social

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

Le bémol du Papou : Le style de l’auteur, simple et sans chaleur, amplifie la tristesse et l'amertume de ces vies et énerve parfois un lecteur qui souhaiterait une légère touche de bonheur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 05/07/2013 11:27

C'est donc triste à ce point ?

Le Papou 05/07/2013 22:54

Bonjour Alex,
non c'est moche, tous les personnages sont moches. On ne peut pas faire du beau avec du moche.
Le Papou