Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 03:30

Dans la série des "Malaussène", j’avais débuté, allez savoir pourquoi, par le numéro 2, intitulé "La fée Carabine"*. Dans la foulée, j'ai continué avec le premier "Au bonheur des ogres", pour comprendre les allusions du deuxième, puis j'ai suivi avec "La petite marchande de prose*", qui précède le quatrième "..."

 

Eh non ! Je n’ai pas lu le quatrième.

 

Pennac ; c’est du goulasch hongrois, c'est du foie gras truffé, c'est de la brandade de morue, j’adore !  Mais après trois bombances sans respirer, j’étais repu, gavé, rassasié, incapable d’en avaler une autre bouchée.

*Clic = billet (sans s) du Papou qui, le paresseux, n'en avait fait qu'un seul pour toute la saga.

 

Et puis le club de lecture, pour sa future réunion, a majoritairement proposé de lire un "Pennac".

Je n'ai pas été contrarié. Je n’avais pas "savouré" de "Pennac'' depuis longtemps et, j’avais lu beaucoup de bien du ‘’Journal d’un corps’’, son nouveau roman, paru l’an dernier.

 

Direction une librairie importante, que je ne mentionnerai pas sans recevoir quelques maravédis pour sa publicité, où je tends la main vers le bouquin envisagé pour m’apercevoir, à la caisse, que je tenais le fameux quatrième qui s’était imposé subrepticement

 

Pour éviter de gâcher le (ou la) goulasch ou de "spoiler" l’histoire, je ne vous parlerai pas des nouvelles aventures de la tribu "Malaussène", il vous faudra commencer par le commencement*.

*J'en ai d'autres de même mouture : Débuter par le début, préluder par le prélude, entamer par l'entame, amorcer par l'amorce, s'emmancher ...non, pas celui-là !

 

Je ne vous énumèrerais pas les divers membres de cette tribu élargie. Le toujours paresseux "Papou" l'a déjà fait dans le Clic mentionné plus haut.

 

Par contre je n'avais pas parlé de  "Julie", qui aime "Benjamin" et réciproquement et devrait lui enfanter bientôt un nouveau petit "Malaussène" pour agrandir la smala familiale.

 

Je n'avais pas, non plus, "élargit" la famille.

Dans ce clan tribal, il faut ajouter "Hadouch Ben Tayeb", l’ami d’enfance de "Benjamin", ses âmes damnées, "Mo le Mossi" et "Simon le Kabyle", "Amar", son père, et "Yasmina", sa mère qui tiennent le restaurant "Koutoubia" célèbre pour le "Sidi Brahim*" et la gentillesse du papa et le couscous et l'empathie de la maman.

*Vin du Maghreb.

 

Ajoutez encore, "Gervaise" ou plutôt "Sœur Gervaise", la fille de "Thian"*, seule religieuse devenue flic qui sauve des prostituées, protégée par quelques "bestioles", en l’occurrence deux poulets** et un banc de maquereaux**, tous devenus adeptes du chapelet. Pour terminer, "Suzanne O’Zyeux Bleus" qui a hérité du "Zèbre", un vieux cinéma destiné à la démolition et régulièrement squatté par la tribu.

*Ce serait trop compliqué à expliquer, lisez les trois premiers.

** Policiers, proxénètes.

 

Je vois ! Vous souhaiteriez maintenant en savoir plus.

Je résume : "Cissou la Neige" se suicide par erreur because la disparition du "Zèbre" qui ne l’est pas...disparu*.

*Ça commence compliqué et pourtant, ce n'est rien encore.

On meurt beaucoup chez "Pennac". La vie, la mort, l’un ne va pas sans l’autre, alors, chez "Pennac", on nait et puis on meurt et des fois on meurt même avant de naitre*. 

*Ou pas ? Pas que compliqué, sibyllin aussi.

Et, "La Mère" est revenue de son escapade avec son  flic tueur, sans polichinelle dans le tiroir, aussi plate qu’une limande et en pleine crise d’anorexie amoureuse*.

*Et même abscons.

Et, "Julie" a décidé de faire l’éducation oenophile*  de "Benjamin" sur les routes de France en direction d'un village près de Nice, nommé Malaussène.

*Gouleyant aussi.

 

Vous en savez assez. 

Bonne lecture !

 

PS: Après plus d'un demi-siècle de tapotage, de zigonage et de pitonage, j'ai enfin trouvé ou plutôt l'Héritier m'a montré où se trouvaient les guillemets ("). Alors, j'en ai mis partout !

PPS :J’oubliais le métier de "Benjamin Malaussène" : Bouc émissaire... et ça n’a rien à voir avec une chèvrerie.

 

Monsieur Malaussène de Daniel Pennac, Gallimard Folio, 1995, 645 pages, Roman Rabelaisien.

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

Le bémol du Papou  : Abracadabrantesque, rocambolesque, effroyable, absurde, ébouriffant, excessif, fantasmagorique, impensable, fou, stupéfiant, zarbi ! Mais j'aime !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 15/08/2013 17:11

Une série que j'ai beaucoup aimé. Au moins les 3 premiers. Après, c'est du réchauffé.

Le Papou 15/08/2013 20:22

un peu oui, mais ça fait du bien de temps en temps de lire du n'importe quoi de talent.
Le Papou

uncoindeblog 11/08/2013 21:27

Excellent, je vois que nous les avons lu dans le même désordre ;0) J'adore la dérision et la folie de cette tribue.

Le Papou 12/08/2013 00:00

Je n'en ai pas fini avec Pennac.
Amicalement
Le Papou

Yv 07/08/2013 17:19

Bonjour
Ah oui, j'aime moi aussi. lus il y a longtemps, mais me reste toujours en tête ce joli foutoir malaussénien
Amicalement,

Le Papou 10/08/2013 14:06

Merci de ton commentaire et à bientôt.
Le Papou

Le Papou 10/08/2013 14:05

Je le compare à Rabelais en plus moderne et plus fou.
Le Papou

La p'tite Chocolatine 05/08/2013 09:33

"Monsieur Mallaussène" est mon préféré de la série et je confirme tes qualificatifs : c'est abracadabrantesque !
J'adore tes résumés de ces livres !

Sandrine 02/08/2013 20:42

Il y a bien longtemps que j'ai fait connaissance avec cette famille, et bien longtemps aussi que je ne l'ai pas retrouvée, que je n'ai pas lu Pennac. Un tort ça, c'est certain, car cet auteur-là sort du lot de la littérature française aujourd'hui.

Le Papou 03/08/2013 06:13

Il semble que son dernier (que je mentionne dans mon billet) vaut son pesant de cacahuètes.
Amicalement