Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 13:57

L’oncle Paul* m’ avait tenté, il y a bien longtemps, mais trouver les bouquins de Jean Contrucci, à plus de cinq mille kilomètres de l’hexagone, n’est pas facile.

* Entretien avec l'auteur : clic

 

Heureusement l’Héritière, dans sa grande bonté, s’est rendue dans notre librairie toulousaine préférée et m’en a procuré un.

"N’importe lequel", avais-je mentionné, la précision étant une de mes plus belles qualités, ce fut « Double crime dans la rue Bleue ».

 

J'ai, un jour, mentionné les difficultés à trouver des romans policiers français* qui nous présentent une ville ou une région comme le font Donna Leon et son commissaire Brunetti à Venise ou Andrea Camilleri et son Salvo Montalbano en Sicile.

* J'avais occulté Léo Malet, honte sur moi !

Avec Jean Contrucci nous nous en approchons avec une différence que les lecteurs trouveront, suivant leurs attentes, positive ou négative.

 

Commençons par la partie négative. Il est pratiquement impossible  de visiter Marseille en suivant les enquêtes du reporter au Petit Provençal, Raoul Signoret, car elles se passent au début des années 1900.

Les mauvais garçons sont plus portés de nos jours  sur la kalachnikov que sur le surin et l'immigration italienne a été remplacée par d'autres origines.

 

Le côté positif tient justement à cette partie historique.

On est brusquement plongé dans l’ambiance d’une cité phocéenne en plein effervescence, où les ouvriers et ouvrières des usines sont corvéables à merci, où le boulanger est fier de se lever la nuit pour offrir ses fournées de pain odorant où l’allumeur de réverbères à gaz effectue 4 tournées de lampadaires au milieu de plusieurs autres de pastis.

Albert Rastègue qui œuvre sur la rue Bleue va y découvrir, au pied de  l’un de ses éclairages, un corps sans tête et sans mains ce qui va l’ensuquer* pour le reste de ses jours et le rendre complètement fadoli*.

* abrutir  *fou

 

Les morts se multiplient et l’enquête de notre reporter, dont l'oncle n'est autre que  le commissaire divisionnaire et chef de la sureté Eugène Bareteau, avance cahin-caha au rythme du tramway qui passe le long de la rue de la Belle de Mai, de la jument pépète ou de la voiture à pétrole de 3 ¼ de chevaux dont les 28 kilomètres à l’heure grise de vitesse le policier et nouveau propriétaire de l'engin.

 

On trouve un peu de tout dans ce roman, des têtes de chapitre à l'ancienne avec explication du contenu, un peu de Francis Carco, un zeste de Gaston Leroux et son Rouletabille, un chouïa de Zola dans les descriptions ouvrières, et, bien sur, un gros morcif de Léo Malet.

Une série qui ne peut qu'intéresser ceux qui aiment l'histoire sociale* et la belle ville de Marseille.

*Ainsi, les relations à long terme entre instituteurs et élèves même les cabrins** n'ont  rien à voir avec ce que vive de nos jours les maitres et maitresses d'écoles. Il est vrai que maintenant ils sont devenus  "professeurs des écoles'.

** cancres

 

Double crime dans la rue Bleue de Jean Contrucci, Le livre de poche, 2010, Policier

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

Le bémol du Papou  : Serions-nous, de nos jours, en train de retomber dans  l'horreur de la misère ouvrière du début du siècle dernier ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

yueyin 04/11/2013 18:59

Ah voila qui est déjà plus tentant :-) Tu connais les enquête de Victor Legris à la même époque dans paris ?

Le Papou 04/11/2013 19:10

Oui mais je n'a i pas été emballé.
Le Papou

Alex-Mot-à-Mots 29/10/2013 18:26

Vaste question, mais je suis malheureusement de cette avis.

Le Papou 30/10/2013 14:05

Bonne semaine.
Le Papou