Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:35

En l’an de grâce 1471, la jolie Kathryn Swinbrooke est médecin et coroner de la ville de Cantorbéry.

 

La guerre civile des deux roses vient de se terminer par les batailles de Barnet et Tewkesbury et le roi Edouard IV va stabiliser le royaume  jusqu’à sa mort en 1483.

Une guerre civile ne se fait pas avec des roses* et les résultats en sont toujours désastreux. Les vaincus sont maltraités voir massacrés par les vainqueurs et les coffres de l’État, autrement dit du Roy, sont déserts comme un champ de blé après le passage d'une nuée de locustes.

*Je voulais la faire, celle-là.

 

Pour renflouer les caisses on envoie des « percepteurs » sans scrupule*, appelé fermiers généraux qui profitent de leurs pouvoirs pour s’enrichir et obtenir des faveurs dans la mesure où ils n’exagèrent pas leurs prévarications.

* ! Attention : Pléonasme

 

Maitresse Swinbrooke est appelé à se rendre sur les lieux de quatre meurtres survenus quelques jours avant Noël alors qu’une neige abondante et un froid polaire fait grelotter les habitants de Cantorbéry.

Les trois premiers sont relativement simples puisque Blunt, un peintre et maitre archer,  avoue avoir fléché sa jeune épouse infidèle et ses deux galants.

Le dernier assassinat, survenu à l’Auberge du Vannier, parait plus mystérieux et surtout plus ennuyeux. Non parce que la victime est un de ses fermiers généraux haï par la population mais parce que l’argent du Roy a disparu. La justice du souverain est nettement plus implacable pour le vol de son or que pour l'assassinat de son agent.

 

Notre jolie "coroner" se trouve devant une situation impossible. La victime, Sir Erpingham, a été empoisonnée dans sa chambre barrée*, dont elle seule possédait l’unique clé, et rien ne permet de savoir comment le poison lui a été administré.

* fermée à clef

 

L’Irlandais, Colum Murtagh, commissaire du Roy et soupirant de notre médecin -qui ne peut consentir à ses avances car elle est toujours mariée. Son mari a disparu pendant la guerre sans que son corps ne soit retrouvé- va devoir montrer son pouvoir car tous les clients de l’auberge sont reliés au défunt, soit comme employés soit comme victimes de chantage.

L'assistant de Sir Erpingham, le cauteleux Vasavour, est retrouvé noyé et quelques pièces d'argent sont retrouvés dans sa chambre.

Pour enfin découvrir la solution, Kathryn devra rendre visite à Blunt en prison et surveiller les jeux de Wuf, le petit orphelin qu'elle a adopté.

 

Le marchand de mort de C.L. Grace, 10-18, 1999, 250 pages, Policier

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

PS : J'avais envie de me replonger dans cette époque.

PPS : J'adore les couvertures de cette série.

 

Le bémol du Papou : Intrigue relativement facile mais l'intérêt de cette série tient, avant tout, à la profession de l'héroïne dans cette fin de Moyen-Âge.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 21/12/2013 12:03

Bof, bof. Si l'intrigue est mince, je ne suis pas tentée. Même par l'aspect historique.

Le Papou 21/12/2013 16:52

Bonjour Alex, Ai-je écrit mince ? Facile mais pas mince.
Joyeux Noël
Le Papou

yueyin 20/12/2013 18:10

J'adore cette série, l'auteur en a fait plein d'autres, sous d'autres noms mais je n'accroche pas... je relis toute la série de temps en temps, c'est un doudou :-)

Le Papou 20/12/2013 19:02

Serait-ce parce que l'héroïne est une femme ? :-)
Le Papou