Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 17:15

Résolution Christienne no 24

++++

Dès leur arrivée dans la région de Lymstock  pour une convalescence dans le calme et la tranquillité, Jerry Burton, blessé dans un accident d’avion, et sa sœur Joanna reçoivent une lettre anonyme mettant en doute leur parenté.

 

Après avoir fait la connaissance des notables de la région, le docteur Owen Griffith et sa sœur Aimée, le notaire Symington et sa femme, le révérend Caleb Calthrop  et Dane son épouse,  Mr. Pye et le colonel Appleton, ils se rendent compte que les calomnies frappent tout le monde.

Qui peut être ce corbeau qui terrorise toute la région ?

 

On ne ferait certainement pas appel à la police pour trouver l'auteur de ces libelles si Mrs Symington ne s’étaient empoisonnée après en avoir reĉu un.

 

Comme la police piétine dans son enquête, la fantasque Dane Calthrop, qui se demande pourquoi aucun des vrais secrets du village n’est dévoilé dans les accusations épistolaires, fait appel à son amie,  Miss Marple, pour trouver la solution.

L’inspecteur Nash et le spécialiste Grave, pensent par expérience* que l’auteur est une femme et ajoutent à leur liste de suspects, Megan, la fille d’un premier mariage de la victime, Elsie Holland, la jolie gouvernante des enfants du notaire, Emily Barton, qui loue sa propriété au Burton et Mrs Clear, la « sorcière » du coin.

*Ce qui est aussi mon avis.

 

La recherche du corbeau se fait tranquillement jusqu’à ce qu’Agnès la bonne des Symington, qui voulait demander un conseil à Mary, l'employée de Jerry et Joanna, est retrouvée poignardée.

Avait-elle vu quelque chose d'anormal au moment du suicide ?

 

Cette enquête va se terminer par une mise en danger, un chantage, le succès de Miss Marple, et par une fin très « Harlequin » qui prouve que notre Lady des romans policiers à la froideur très anglosaxonne avait aussi un cœur de midinette.

 

La plume empoisonnée d'Agatha Christie, Librairie des cHamps Élysées, 1949,

169 pages, Policier

 

Le bémol du Papou : ???

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

Yv 21/01/2014 15:46

Si je me souviens bien, c'est l'un des premiers d'A Christie que j'ai lu, avec La mort n'est pas une fin.

yueyin 20/01/2014 18:37

Il est chouette celui-là aussi :-)

Le Papou 20/01/2014 18:44

Si, si ! Mais la fin est un peu fleur bleue et prévisible sauf pour le meurtrier ou ... la meurtrière.
Le Papou