Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 16:04

Pour vous donner envie...

de lire

Beaux seins, belles fesses

de

Mo Yan

 

Quelques passages où la poésie vient tempérer la violence abjecte de la misère et l'avilissement de l'être humain.

*******

"Les cheveux argentés de grand-tante Sun étaient soigneusement coiffés, elle avait sur la tête un chignon bien serré piqué sur le côté d'une tige d'armoise et retenu par une barrette argentée qui scintillait. Elle était vêtue d'une veste chinoise blanche à pans croisés parfaitement repassée, et au bouton situé à hauteur de l'aisselle était noué un mouchoir blanc."    page 72

 

Il se redressa en prenant appui sur le rebord de la fenêtre et, par la vitre brisée, contempla toute l'étendu du bourg de Dalan, chef-lieu du canton de Gaomi, où il avait vécu plusieurs dizaines d'années et où partout ses pas avaient laissé des traces : les alignements de chaumières bien rangées, les larges ruelles grisâtres, les arbres verts s'élevant comme autant de fumées sombres, la rivière brillante qui contournait le village, le lac lisse comme un mirroir, les étangs envahis de roseaux serrés, les étendues d'herbes folles enchâssant les mares rondes, les marécages rouges, paradis des oiseaux, la vaste plaine à perte de vue jusqu'è l'horizon comme une peinture, le mont du Boeuf-Couché jaune d'or, les grandes dunes où éclosaient les fleurs de sophora...    page 118

 

Le soleil était presque entièrement disparu derrière les dunes, il ne régnait plus qu'une atmosphère mélancolique, avec le sommet des arbres encore bordé de rose. Les corbeaux rouge doré volaient en tous sens au-dessus des maisons en chaume des étrangers au pays.    page 262

 

Les prmières lueurs de l'aube, fines et transparentes, flottaient dans la cour. Le village dormait encore, les hirondelles racontaient dans leurs nids des histoires de rêves, les criquets jouaient du luth dans la terre chaude derrière le fourneau, le boeuf ruminait à côté de la mangeoire...   page 274

 

Bonne lecture !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article

commentaires

pyrausta 16/01/2014 18:44

A priori, c'est superbement écrit, non?

Le Papou 16/01/2014 18:51

Absolument ! Mais il ne faut pas avoir le cœur au bord des lèvres en le lisant.
Le Papou