Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 22:00

Après quelques lectures difficiles*, j'en voulais une qui ne me prenne pas la tête. En triant ma « Pile-À-Lire », je suis tombé sur ce bouquin, acheté pour quelques kopeks** à ma bibliothèque, après avoir été délaissé par son lectorat.

*pour moi         **1dollar ça fait combien de kopeks?

 

Je venais de passer au travers d’ « un autre monde » (clic) qui parlait, entre autre, de Cortés et des Aztèques et la quatrième de celui-là mentionnait les incas et les conquistadores. Tant qu’à s’intéresser à l’Amérique Latine, pourquoi ne pas continuer ?

 

L’intérêt de ce genre littéraire est de vous obliger à vous documenter pour rafraichir une mémoire qui fout le camp. J’ai été ébahi d’apprendre que le Pizarre (Francisco Pizarro) dont parle Ohl et le Cortés (Hernán Cortés de Monroy y Pizarro) de Kingsolver  étaient cousins*.

*Deux  civilisations (au moins) détruites par une même famille,  pas mal pour des petits nobliaux désargentés dont un bâtard.

 

On trouve deux genres différents dans les romans qui se basent sur l’Histoire : Le roman historique et l’Histoire romancée.

Pour intéresser le lecteur non spécialisé, il faut trouver un biais. Dans « Soleil noir », l’auteur nous convie à une chasse au trésor ; celui du masque d’or d’Atahualpa, l’empereur Inca condamné et exécuté par Francisco Pizarro. 

 

Cette chasse* n'est qu'un prétexte pour nous raconter l’invasion et la destruction de l’empire Inca au nom de la foi chrétienne et surtout de l’avidité et de la cupidité des conquérants, puis ensuite, pour dénoncer la situation misérable de leurs descendants et exposer leurs coutumes qu'ils ont réussi à maintenir en dépit de la volonté de leurs vainqueurs.

*Qui ne se fait absolument pas.

 

Je ne sais pas si les conditions actuelles sont les mêmes qu'il y a un quart de siècle, mais "Soleil noir" nous en donne une peinture qui me parait assez juste à l'époque de sa parution.

 

La situation des révolutionnaires péruviens et boliviens n’est plus la même du fait de l’effondrement du communisme et de la drogue et on peut espérer que l’élection du président Morales, d’ethnie Aymaras, en Bolivie et celle d’Ollanta Humala, chulo* de père originaire d’Ayacucho, au Pérou, devraient améliorer la vie des descendants des Incas.

*Métis

 

J’ai donc passé un agréable moment en dépit de la violence du passé, de la misère de la population actuelle et des longs récits de magie et de sorcellerie pour lesquelles je n'ai ni affinité, ni intérêt.

 

Soleil noir de Paul Ohl, Québec/Amérique, 1991, 384 pages, Roman historique

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

Le bémol du Papou : J'ai parfois eu l'impression de lire un roman d'un feuilletoniste  du 19è qui était payé à la ligne. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

yueyin 15/02/2014 09:58

j'a entendu parler de cet aureur, il a écrit un bio de Louis Cyr je crois :-)

Le Papou 15/02/2014 14:54

La bio de Louis Cyr est parue, il a aussi écrit Katana sur le Japon et d'autres.
Le Papou

yueyin 10/02/2014 22:02

Il a l'air sympa :-)

Le Papou 11/02/2014 05:33

On reconnait bien là, une ethno-archéo-historienne.
Le Papou

Alex-Mot-à-Mots 10/02/2014 11:13

L'aspect feuilletoniste m'aurait découragé.

Le Papou 10/02/2014 14:48

Oui, mais on apprend plein de choses sur les incas, ceci compense cela.
Le Papou