Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 14:42

Un coup de  du Papou

Ce billet aurait dû être beaucoup plus long*, si long, que je vous aurais suggérer d'allez directement au dernier paragraphe !

*Il l'est déjà pas mal

 

Et puis j'ai élagué, éclairci, émondé et même tailladé à tel point que le billet aurait pu devenir aussi absurde que le roman.

Comme je ne suis pas contre l’absurdité raisonnable, l’illogisme logique, l’extravagance sans inepties et la loufoquerie sérieuse, j'ai  adoré les deux parcours de ce centenaire. Celui des journées qui ont suivi son anniversaire alternant avec celui de sa vie depuis son enfance.

Un résumé par définition dictionnariale est un exposé succinct, ne retenant que l'essentiel d'un événement quelconque. Cent années d'aventures explosives* dignes du baron de Münchhausen, d'impossibles rencontres extraordinaires, de voyages incessants dans toutes les parties du monde ne peuvent donc faire l'objet d'un résumé. Aussi me garderai-je bien d'essayer, donc :

*Dans le sens littéral et détonant

 

Ceci n'est pas un résumé !

Allan Karlsson a sauté par la fenêtre de sa chambre pour éviter sa fête d’anniversaire, les journalistes et les politiciens communaux. Pendant les pérégrinations qui ont suivi, il y aura des morts* et des rencontres inattendues, un ex-bandit, un vendeur de hot-dog en faillite, une rousse, une éléphante,  un chien, etc.

Pendant ces quelques jours, un policier méticuleux et un procureur ambitieux vont essayer de retrouver le centenaire tour à tour considéré, suivant l'évolution de leur enquête (voir les * ci-dessous), comme enlevé puis comme meurtrier puis comme meurtrier-enlevé .

*Le portefeuille du premier mort réapparait plus tard en Éthiopie

*Le cadavre du deuxième est retrouvé en Lituanie ou en Lettonie (je confonds toujours les deux).

 

Cette partie-là, qui dure quelques jours, est la plus facile. Imaginez la complexité de la deuxième qui dure cent longues années* et se passe dans le monde entier.

*Ce qui, admettez, est beaucoup plus long que cent ans.

 

Durant cette vie "sans histoire", il a croisé, bu ou mangé avec Franco, Truman, un premier ministre suédois*, Staline, Mao, la femme de Tchang Kaï-Chek, la deuxième de Mao, le chef du NKVD Beria, de sinistre mémoire, Kim Jong-il et son fils etc., j’en oublie certainement**. Il a, entre autre, fait exploser des ponts, trouver le secret de la bombe atomique et incendié Vladivostok...

*Dont le nom m'échappe aussi

**Et puis c’est un résumé non ?

 

Complètement insensible à la politique mais pas à l’alcool sous toutes ses appellations, Allan a traversé son siècle d’existence avec une philosophie parfois simpliste mais toujours madrée.

« Allan trouvait incompréhensible que les gens aient eu envie de s’entretuer au XVIIème siècle. S’ils avaient patienté un peu, ils seraient morts de toute manière. »

Il y a rencontré aussi des personnages bien moins connus mais tout aussi philosophe  :

« Le pasteur Ferguson avait préféré se tourner vers Dieu et lui demander conseil…Dieu lui répondit par le silence, une fâcheuse manie qu’il avait parfois et que le pasteur Ferguson percevait comme le signe qu’il devait réfléchir par lui-même. »

Ou le frère inconnu d’Einstein :

« Il dit avec modestie qu’il n’était pas difficile de se faire passer pour un idiot quand on l’était réellement. »

 

Ce livre fut un tourne page où je me demandais à chaque paragraphe, voire à chaque phrase, ce qu'allait encore inventé cet auteur suédois émule de Paasilinna et puis j'ai reposé le bouquin dans l’euphorie d’une fin qui devenait aussi le début de nouvelles aventures.

 

Deux jours plus tard, J'ai voulu commencer mon billet et  réfléchir à une introduction "intelligente" et à un résumé "succinct", en essayant de me rappeler toutes les aventures.

Soudain une petite lumière s’est allumé  dans mon cerveau euphorique pour finalement venir éblouir mes neurones.

Ce drôle de livre comique est en fait la critique la plus cinglante de la connerie* humaine et politique durant  le vingtième siècle.

Lisez-le et oubliez que cette bêtise** continue de nos jours.

*Désolé

**Synonyme édulcoré de connerie

 

Vous pouvez lire les billets suivants en cliquant sur leur auteur, Pyrausta, Violette, Sharon, Dasola, Noukette, Hilde, Zazy, Liliba, et Alex.

 

PS: Court mon billet, n'est-il pas ?

 

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson, Pocket, 2013,

507 pages, Roman.

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

Le bémol du Papou  : Je dis toujours que trop c'est comme pas assez. Là, non !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Papou - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

yueyin 21/05/2014 11:53

Encore un que j'ai prévu de lire :-) (mais que fais-je de mes journées :-) )

Le Papou 21/05/2014 17:47

Bonne question ! Du ménage ?
:-)
Le Papou

Alex-Mot-à-Mots 18/05/2014 19:13

Pas un coup de coeur, mais j'avais bien aimé.

Le Papou 18/05/2014 22:19

C'est la première fois que je lis un bouquin avec empressement et me rends compte après coup de son intérêt.

sophie/vicim 18/05/2014 09:01

Il va vraiment falloir que je découvre ce roman

Le Papou 18/05/2014 16:32

Cela me parait une évidence. Ne serait-ce que pour se faire une idée.
Bonne lecture
Le Papou

Jules se livre 17/05/2014 17:11

"émule de Paasalinna" moi j'ai accroché sur ce petit bout... je ne sais toujours pas si je le lirai...

Le Papou 17/05/2014 22:45

Il faut que tu puisses knock-outé ton manque de sommeil par des lectures souriantes, celui-là pourrait le faire.
Le Papou