Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 12:33

Reconnaissons-le, un voyage en "bizzeness-class" ne ressemble en rien à une envolée de sardines* tassées dans une boite de conserve.

*Une envolée de sardines : je m'étonnerai toujours.

 

Notre petit cocotte a donc apprécié ce premier vol. Espérons que sa déception ne sera pas trop vive, au retour, avec des sièges moins confortables, des repas plus succincts, et un service sans nappe ni serviette chaude.

 

La journée de l'arrivée est en général réservée à un repos nécessaire pour rattraper la nuit blanche franchie d'un coup de baguette magique, du soir du départ au petit matin de l'arrivée.

Le lendemain premier trajet en RER, direction Place Carles de Gaulle, que je continue à nommer place de l'Etoile*, avec comme but une  visite à l'Arc de Triomphe.

*C'est ça les vieux ! On n'aime pas les changements

 

Une étude approfondie et des calculs mathématiques complexes, comprenant la longueur de la file d'attente et sa vitesse de reptation, donne, comme résultat, une approximation de deux heures d'attente. Nous abandonnons notre idée première et décidons de descendre les Champs Élysées, une des plus belles avenues du monde, sinon la plus belle.

Après quelques petits arrêts pour saluer Ramsès II, batifoler dans quelques magasins qui intéressent notre préado et grignoter un sandwich. (Il n'y a pas que des restos classés sur les Champs, sandwicheries et "fast food" américains offrent des snacks pas trop chers.)

 

Nous déambulons ensuite entre le Grand et le Petit Palais vers le plus beau pont de Paris, le pont Alexandre III, construit et baptisé en 1900 au nom de l'amitié Franco-russe .

       

 

Après une courte promenade sur les bords de Seine, nous rejoignons la place de la Concorde par le pont du même nom pour admirer l'Obélisque de Louxor*, emberlificoté dans un réseau de travaux qui annonce le défilé du 14 juillet qui se profile à l'horizon.

*L'Obélisque est bien vertical contraiement à la photo.

 

Un petit tour par le jardin des Tuileries pour reposer nos gambettes en frôlant la fête foraine et la Grande Roue permanente pour un retour vers notre point de départ par le métro, autre baptême pour notre blondinette.

Partager cet article

Repost 0

commentaires