Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 16:02

Pendant des années les passagers des compagnies aériennes ont eu la chance d’être très bien traités, même en classe dite économique ou peu importe le nom qu’on leur donnait.

Ils avaient droits à l’apéro, à un repas chaud, à des écouteurs pour la musique et d’autres petites attentions qui apaisaient le stress de voler à 10 000 mètres sans parachute.

Tout cela est en train de changer, certaines compagnies ont diminué voir pratiquement supprimé les services sur certains de leurs vols.

Ainsi notre compagnie nationale canadienne, qui considère que les vols à destination des USA ne sont pas des vols internationaux, a supprimé les repas chauds à bord de ces vols et vous offre "du choix, de la fraîcheur et des repas santé" (sic) sur ceux de plus de deux heures c’est à dire des sandwichs froids, des chips ou assimilés, des muffins ou des biscuits et des morceaux de fromage en sachet..

Ce que les américains et les anglophones de l’ouest canadien qui dirigent la compagnie, semblent considérer comme une nourriture de qualité.

Moins bien que dans les cantines scolaires; des sandwichs avec une marque commerciale en publicité, nous pouvons présumer qu’un jour Mc Do va bientôt nous offrir ses hamburgers et ses frites et pourquoi pas son logo sur la queue des avions ou mieux aux dos de chaque siège.

Au fait en deçà de deux heures, vous aurez seulement droit à des cacahuètes en petit sachet, ce qui vous permettra de passer un peu du temps de vol pour les compter. L’eau, les jus de fruits et le café sont encore offerts gratuitement mais pour combien de temps ?

Une dernière question me vient à l’esprit : cela fait maintenant des années que les diététiciens nous expliquent comment bien manger. Il semble que certains dirigeants n’ont rien compris.

Ne serait-il pas possible d'offrir, en même temps que l'achat d'un billet, la possibilité aux passagers qui le désirent, d'acheter un vrai repas chaud et de le payer en sus du billet. Les systèmes informatiques sophistiqués actuels permettraient de prévoir à l'avance, le nombre de repas sur chaque vol.

 

Pour voler les shadocks étaient obligés de pédaler, ne vous inquiétez pas cela va bientôt venir pour les

humains.

 

Au fait, la définition de l’adjectif international est :  quelque chose qui se passe entre deux nations. Nous devons admettre que notre compagnie aérienne considère notre pays comme appartenant aux États Unis d’Amérique. Ils devraient, le jour où ils auront besoin de l’aide gouvernemental, s’adresser directement à l’administration de Mr Obama.

Partager cet article

Repost 0

commentaires