Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 20:42

Atkinson4

Je ne sais pas pourquoi j’aime Kate Atkinson enfin si, j’aime son écriture depuis ‘’La souris bleue’’, qui fut une révélation.

Est-ce son ironie, sa causticité ? Elle utilise tous les trucs dont je connais les noms, sans savoir exactement à quoi ils correspondent. Vous savez : la litote, l’hyperbole, l’adynaton* et va même jusqu’à la caricature et les comparaisons outrancières. Elle évite les euphémismes, elle écorche, elle égratigne, n’hésitant pas à griffer au sang le politiquement correct littéraire.
*Il a dit quoi ? Naton ?

‘’Les hommes me semblent se répartir en plusieurs catégories – les pères faibles, les frères hideux, les abominables personnages, les bûcherons héroïques et, bien, sûr, les princes charmants- mais aucune de celles-ci ne se révèle entièrement satisfaisante.’’

Ceci dit, j’ai eu beaucoup de mal à suivre ce roman-là. Je lisais les mots, appréciais les phrases, me délectais des images avec l’impression de me mouvoir dans un smog qui me cachait la beauté de l’histoire.  

Commençons par son personnage principal.
''Isobel, Isabelle, Isabelle Tarentelle- une danse un peu folle. Je suis folle donc je suis. Isabelle. Belle. Suis-je Belle ?  Non, apparemment pas...Ma géographie humaine est extraordinaire. Je suis grande comme l’Angleterre. Mes mains sont aussi larges que les Lacs de Cumbria, mon ventre à la taille de la lande de Dartmoor et mes seins se dressent à la hauteur des Monts Cheviots. Ma colonne vertébrale est la chaîne des Pennines et ma bouche l’estuaire de la Tamise…. En d’autres termes, je suis une grande fille.*’’
*Ne dirait-on pas du Rostand

Jusque là tout allait bien et puis les complications ont commencées. Leur mère s’est-elle enfuie avec un amant ou a-t-elle été tuée? Leur père est-il mort ou s’est-il sauvé ?

Leur acariâtre grand-mère meurt en chutant dans l’escalier et c'est une tante stupide et sentant le chou qui doit s’occuper d’eux ; mauvaise cuisinière, mauvaise femme d’affaire et mauvaise mère de remplacement.

Les adolescents, sept ans après la disparition  de leur mère, l’attendent toujours mais c’est le père mort qui réapparait accompagné d’une nouvelle épouse.

Isobel se retrouve parfois dans un monde parallèle, où tout disparait autour d’elle, où elle revit plusieurs fois l’accident mortel de son amoureux secret, où on assassine, on viole, on martyrise dans un découpage complexe entre le passé et le présent, entre le réel et le fantastique.

Ce n’est que dans les derniers chapitres que nous comprenons vaguement    - ce n’est jamais explicite - la raison des élucubrations fantasmagoriques et répétitives qui troublent le cerveau d’Isobel.

En fermant le livre je n’étais pas certain d'avoir tout compris.

Ceux qui aiment les contes dont la violence est souvent édulcorée, pour ne pas choquer les enfants, devraient appréciés Kate Atkinson. Pas de pathos, le loup est là pour manger le petit chaperon rouge ou la jolie biquette, et c'est normal.

Dans les replis du temps de Kate Atkinson, Éditions de Fallois, 1997, 343 pages, Roman 
*ouais ** bon *** très bon **** j'aime 

Le bémol du Papou : Les explications sont un peu trop floues, d'accord! Mais le Papou n’est peut-être, aussi, pas très futé. Comme Il aime beaucoup l’écriture et le style de Kate Atkinson, il va continuer à la lire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 02/04/2013 16:00

"A quand les bonnes nouvelles" m'avait un peu déçu. Je m'attendais à mieux. Du coup, je n'en ai toujours pas lu d'autres.

Le Papou 02/04/2013 17:26



Puis-je te donner un conseil ? Comme tu ne me dis pas non, j'y vais  Lis la souris bleue


Amitiés



yueyin 02/04/2013 11:41

j'aime Kate tout comme toi, celui là est un peu bizarre mais j'ai aimé quand même :-) et puis y'a Will c'est important :-)

Le Papou 02/04/2013 14:25



Will ? Je ne la comprends pas. C'est le matin, aux aurores, fait froid et je n'ai pas envie de chercher. Will ? Unlespiegel ?



Yspaddaden 30/03/2013 08:03

C'est un roman de la série des Brodie ? Je n'en ai lu qu'un, mais ça ressemble à ça, avec de vieilles histoires de disparitions.

Le Papou 30/03/2013 14:07



Bonjour Toi,


Non, Brodie n'a rien à voir dans cette histoire mais tu as raison il y a toujours des disparitions, des retours et un brin de folie. J'aime bien mais il faut s'accrocher.


Joyeuses Pâques