Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 14:02

Le soleil des Scorta fut un de mes coups de cœur en 2011 et je souhaitais lire d’autres œuvres du même auteur. N’ayant pas trouvé ‘’La mort du roi Tsongor’’ je me suis rabattu sur celui-là.

Gaude2.jpgC’est une histoire à deux personnages principaux. D’un côté, un commandant de frégate italien chargé de patrouiller le long des côtes afin d’arrêter ou de secourir les immigrants clandestins. De l’autre, Soleiman, un soudanais qui a décidé  de se lancer dans la dangereuse aventure du voyage clandestin vers Europe.

Leurs histoires s’intercalent et semblent se dérouler en même temps. (Spoilage : Ce n’est pas tout à fait le cas)

Après une rencontre perturbante au marché et la mort, provoquée par des passeurs, de nombreux immigrants dans les eaux coléreuses de l’Adriatique, le Capitaine se pose des questions sur sa vie et les raisons de son travail.  Dégouté, il abandonne tout et commence le même périple que ces malheureux qu’il pourchasse depuis vingt ans, mais à l’envers.

Ainsi, il va traverser la mer dans une barque puis voyager par des moyens de fortune à travers le nord de l’Afrique.

De son côté, poussé par l’image de son frère malade qui n’a pu l’accompagner, Soleiman rencontre les difficultés de ce genre de voyage, vols et trahisons, ainsi que parfois la lueur tremblotante d’une aide inattendue.
 
Difficile d’exprimer ce que j’ai ressenti, ce ne fut pas une erreur car j’ai encore aimé l’écriture et le style de Laurent Gaudé, mais ce ne fut pas non plus un coup de cœur.
Son monde est un monde sans espoir. Un livre sans espérance ne peut pas, pour moi, être un coup de cœur. Il m’en faut juste une étincelle, une petite lumière qui en atténue la noirceur. On devine, mieux, on sait, que les réussites des migrants n’aboutissent presque jamais au paradis espéré.

Dur et difficile !

 

Le beau commentaire de Khatel est ici.

 

Le bémol du Papou : Je rêvais de savoir ce qu'était devenu la femme du début du roman, instigatrice des questions que va se poser le capitaine, mais, il n'y a pas de rêve ni de bonne fée dans Eldorado.

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime  

par Le Papou

 

PS: Quand je viens d'apprécier le style d'un Laurent Gaudé, j'ai beau réécrire dix fois mon billet, je le trouve toujours faible. Au moins je suis conscient.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cess 07/02/2012 19:56

Mais de rien, je passe souvent sans laisser de messages ! :)

Cess 07/02/2012 14:46

Ses histoires sont souvent assez tristes non ?
Celui là je dois encore le lire, il m'attend.
J'avais adoré "la mort du roi tsongor" et "le soleil des Scorta"...
Gaudé a en effet une sublime plume.

Le Papou 07/02/2012 15:55



Bonjour Cess et merci de passer dans mon blog.



Marie 19/01/2012 13:53

J'adore cet auteur... et Eldorado fait partie des quelques titres que je n'ai pas encore lu de lui. Il faut que j'aille faire un repérage à la bibliothèque...

Le Papou 19/01/2012 14:36



Bonjour Marie, 


Moi aussi je l'aime beaucoup, mais cette histoire-là est vraiment triste.



yueyin 14/01/2012 17:59

Laurent Gaudé a vraiment un beau style effectivement :-)

Le Papou 15/01/2012 05:19



Oui mais cette histoire est bien triste