Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 15:29

Coup de coeur*coeur 116

 

*Deux coup sur coup = le bonheur.


Après les billets de Venise et de Jules, je voulais aborder cette histoire. Celle d'un petit-fils qui ‘’retrouve’’ sa grand-mère, le jour de sa mort, et découvre, enfin, la réalité de ses origines indiennes.          

Le petit métis en moi devait comprendre. J’ai toujours revendiqué ce qualificatif devenu péjoratif. Mais, comment appeler l’enfant d’une mère née dans une province Turque actuelle et d’un père à l’origine définitivement gauloise ou saxonne ?

  

Jean1.jpgUn jour, sa grand-mère lui a murmuré :''L'indien, tu l'as en toi''.

 

Ce livre n’est pas un roman, même s’il est certainement romancé en grande partie. Les chapitres alternent entre Elle, cette grand-mère, qui raconte sa vie depuis sa naissance jusqu’à cette fin à laquelle elle aspire après plus d’un siècle d’existence et Lui, le petit-fils, un canadien français mais aussi un quarteron Innu qui a perdu ses origines quelque part au milieu de la modernité.

 

Elle, revoit sa tribu qui remontait en canoës la rivière Péribonka, plus particulièrement sa famille, les Siméon, qui passait l’hiver au bord du lac du même nom. Elle, Jeannette Gagnon née Shashuan Pileshish* Siméon qui, par amour et par son mariage avec François-Xavier Gagnon, perdit la tendresse de son père et fut déchue de sa nationalité indienne.

*Hirondelle

 

Lui, essaie de comprendre ses origines et ce qu'il est réellement et finira par revendiquer son statut d’indien, pour lui, pour sa grand-mère, pour sa parenté et pour ses enfants.

 

La vie moderne a tout chamboulé. Le lieu de naissance de Shashuan Pileshish est sous les eaux, recouvert par le grand lac d’un barrage hydro-électrique, les forêts autour du Pekuakami* ont disparu et les tentes et les sentiers de Pointe-Bleue** ont été remplacées par des maisons en dur que séparent des routes asphaltées. 

Était-ce pour le mieux ? Certainement, pour ceux qui sont arrivés après, moins pour ceux qui y vivaient déjà car si leur existence s’en est trouvée moins fragile, ce fut bien aux dépens de leur liberté.

* Nom innu du lac St Jean

** Aujourd'hui Mashteuiash


Lui, va emmener son fils sur les lieux où vivaient ses ancêtres et lui murmurera à son tour cette phrase : ''L'indien tu l'as en toi''

 

Peux-t-on réellement vivre pleinement sa vie si on ne connait pas ses origines ou si on les renie ?

 

Une civilisation s’est perdue en cours de route, une autre est en train de changer drastiquement.

‘’À l’époque, même si les temps étaient durs, les vieux vivaient avec les jeunes. ...

J’ai été élevée dans un monde où une vieille personne méritait la considération des autres parce qu’elle était utile.

Malheureusement mes enfants et mes petits-enfants ont grandi dans un monde où les vieux n’ont plus aucune utilité….

Une vieille personne pour eux est quelqu’un qui ne travaille pas et dont il faut souvent s’occuper en plus. C’est un poids.’’

 

J’aime l’histoire du petit garçon et du bol en bois. Et vous ?

 

PS: Pour mes petits-enfants octavons : cette fin de billet à un rapport direct avec son auteur.

 

Elle et nous de Michel Jean, Libre expression, 2012, 240 pages, roman social.

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou


 Le bémol du Papou : Les difficultés de la vie de Jeanette Gagnon depuis son mariage jusqu'à la mort de son mari aurait mérité d'être développée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lucie 13/12/2012 00:24

Contente de voir que le livre t'a plu. Il y a là en effet là quelque chose de très fort, malgré l'apparente simplicité de la narration.
Et ce n'est pas plutôt avec son neveu que le narrateur échange à la fin?

Le Papou 13/12/2012 15:21



Oups ! Mais, la transmission vers les générations suivantes reste le plus important.


Amitiés



Kikine 12/12/2012 18:44

Il faudra que je le lise. J'ai bien aimé ce que j'ai lu de Michel Jean, donc, je pense que là encore, le tout est prometteur

Le Papou 12/12/2012 20:17



Comme moi tu es fière de tes racines, donc quelqu'un qui part à leurs recherches ne peut que te plaire. En plus, j'ai toujours été intéressé par les amerindiens même si je n'en parle pas
beaucoup.


Double intérêt pour le Papou



yueyin 10/12/2012 12:39

Tu me le garde ? tu me le garde ? il me plait celui-là, je veux le lire :-)

Le Papou 10/12/2012 15:56



Je l'ai emprunté à la bibli mais j'ai demandé au vieux du pôle Nord, alors on ne sait jamais.



Alex-Mot-à-Mots 10/12/2012 11:48

Un sujet qui me tente, un roman qui a l'air bien écrit. Je note.

Le Papou 10/12/2012 15:55



J'attends, un jour, ton billet.



Jules 08/12/2012 20:29

Tu n'as pas perdu de temps pour le lire! :)

Le Papou 08/12/2012 23:50



C'est ta faute. je te l'avais dit.