Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 16:27

1ère réunion de notre nouveau club de lecture*, initié par Kikine, avec comme première lecture commune : ‘’Guyana’’ d’Élise Turcotte.

Grand prix du livre de Montréal 2011


Le grand intérêt de ce livre se situe plus dans son écriture que dans son histoire, aussi, vais-je, contrairement à mon habitude, oubliée ma logorrhée verbale pour vous donner quelques exemples de jolies phrases de l'auteure.


Turcotte1.jpgAna est une journaliste pigiste qui ne travaille plus depuis la leucémie et le décès de Rudi, son compagnon et le père de son fils.

‘’Il y avait des fleurs dans des vases dans toutes les pièces. Une odeur rance flottait autour de nous : la saison des lilas arrivait elle aussi à sa fin, et je profitais des derniers bouquets. L’odeur me rappelait la mort de Rudi et en même temps elle me projetait dans un passé éternel, celui des choses qui marquent le temps et qui nous donnent l’impression d’être là où l’on doit être.’’

 

Philippe, son fils de 9 ans, depuis la mort de son père, s’est mis à jouer aux échecs où il excelle. Il n’aime pas les contacts physiques même ceux de sa mère.  

‘’Je suis comme ma mère, pour ça, je n’aime pas qu’on me touche pour rien. La plupart des personnes essaient toujours de me toucher : comme une anguille, je glisse vite hors de leur portée. En fait, ce sont eux les anguilles. Rien ne me fait plus peur qu’une anguille noire zigzaguant près de mon lit, qui cherche à me toucher…Les gens ne devraient pas toucher aux autres sans savoir ce qu’il y a sous leur peau…Ils devraient se tenir loin et réfléchir.’’

 

Cette gène a obligé Ana a cherché longuement quelqu’un pour lui couper les cheveux, finalement elle a trouvé Kimi, une jeune coiffeuse, dont Philippe accepte le contact physique.

Née au Guyana, elle a fuit la dangerosité de ce petit pays d’Amérique du Sud où, en 1978, une secte de près de 1000 personnes a été s’est ‘’suicidée’’. 

 

Elle  est retrouvée pendue dans le salon où elle travaille. Ana ne croit pas au suicide et veut connaître la vérité. S’occuper de son fils était sa seule raison de vivre, elle va y ajouter sa propre enquête sur cette mort.

‘’J’avais besoin de ce meurtre pour vivre tout à fait.’’

 

Dans un style très travaillé et poétique ce qui peut le rendre parfois un peu hermétique, Élise Turcotte  nous parle de la survie par l’amour et l'amitié, et de la solitude du malheur.

‘’Je me retrouvais encore une fois tiraillée entre deux possibilités : celle où je me voyais enfin sereine, comblée avec mon petit garçon et celle où j’étais moi, Ana, cette femme qui voulait maintenant avoir à tous prix un instant sans témoin, un instant pour être complètement elle-même, solitaire, blessée, solide, plantée dans le moment comme un arbre fort dans une ville saccagée.’’

 

Un joli texte tout en douceur pour une histoire triste.

Un petit roman qui m’a bien plu.

 

Le billet de Lucie est ici.


*Étaient présents à ce premier club de lecture : Danièle, Hélène, Kikine, Lucie, Peggy, Pimpi, Yolande, René et moi-même. Ont aimé : 3, n’ont pas aimé : 3.

Les autres ne l’avaient pas lu ou n’avaient pas fini leur lecture.

 

  *ouais ** bon *** très bon **** j'aime  

 par Le Papou

 

Le bémol du Papou : Les pensées de l'enfant m'ont semblé plutôt appartenir à un ado ou à un surdoué. Il est vrai que l'âge de l'adolescence semble malheureusement diminuer à chaque génération.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pyrausta 11/06/2012 11:33

tu me tentes bien.Les extraits me plaisent.Apres l'histoire, je ne sais pas..Un policier?

Le Papou 11/06/2012 14:11



Il y a une petite enquête et la fin de celle-ci est surprenante mais c'est avant tout un livre sur la solitude. Enfin c'est comme cela que je l'ai ressenti.



Kikine 08/06/2012 00:22

Je ne pourrai absolument pas te contredire sur la beauté de l'écriture. Par contre, comme tu le sais, l'histoire m'a pas su me toucher. Elle venait probablement à un moment où j'avais envie de plus
de légèreté. Beau billet en tous les cas ;)

Le Papou 08/06/2012 04:59



J'aurai pu faire un bon politicien, je n'ai pas dénoncé les pour et les contre.



Lucie 06/06/2012 22:31

Super ton billet! :)
Tu as bien su transmettre le ton, je trouve. J'ai emprunté son avant-dernier livre à la bibli tant j'ai été convaincue du style.

Le Papou 06/06/2012 23:09



Merci. Je vais aussi regarder à la bibliothèque de mon village ce qu'il propose.



Karine:) 04/06/2012 17:56

J'ai un roman de l'auteur dans ma pile... tu me donnes bien envie de la découvrir, j'aime les extraits.

Le Papou 04/06/2012 18:43



Il ne faut pas gâcher ses envies.



Oncle Paul 04/06/2012 17:33

Bonjour
J'ai souvent remarqué que les propos émanant d'un enfant ne sont pas toujours en adéquation avec son âge, quelque soit le genre littéraire abordé. Peut-être l'auteur(e) le fait-il sciemment afin de
ne pas bêtifier ?
Amicalement

Le Papou 04/06/2012 18:44



Oui, ça arrive souvent mais là je pense qu'elle voulait écrire sans le dire que c'était un ''surdoué''.