Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 17:57

Un roman policier scandinave, suédois pour être précis. Certains diraient encore ; ‘’à croire que les Suédois ne lisent que des polars ‘’*.

*les râleurs qui n’aiment pas les polars.

 

Beaucoup l’ont lu et même certains sont passés au travers de la série de quatre qui porte, chacun comme titre, une des saisons*.

*Vous aurez la liste et les liens si vous avez le courage d’aller jusqu’au bout de ce billet.

 

Kallentoft1.jpgDans la campagne suédoise, un homme, légèrement handicapé mental et en surpoids*, surnommé ‘’Le Ballon’’, est retrouvé pendu après avoir été martyrisé.

* politiquement correct, sinon on dit : gros, obèse, difforme, bibendum, montgolfière etc.

 

 

Malin* Fors est lieutenant de police à Linköping, petite ville à 200 km au sud-ouest de Stockholm. Elle possède toutes les qualités pour faire une bonne  enquêtrice ; opiniâtreté, intelligence et ouverture d’esprit. Professionnellement, elle est excellente, mais les répercussions sur sa vie privée le sont beaucoup moins. Mère célibataire très jeune, elle n’arrive plus à contrôler sa fille, Tove, 14 ans, n’a comme relations amoureuses que de brèves  aventures  sexuelles avec un journaliste qui profite d’elle et a beaucoup de mal à éviter les problèmes  d’alcool.

*Se prononce Maline

 

Avec son partenaire Zeke Martinsson, aidés de ces collègues, Börge Svärd et Johan Jakobsson, de leur chef Sven Sjöman, et du directeur Karim Akbar*, plus politicien que flic, elle va plonger dans plusieurs milieux pas très nets où la méchanceté gratuite se mêle à l’indifférence, aux sacrifices d’anciennes pratiques religieuses et à la malveillance familiale pouvant aller jusqu’au martyr, tout ça, pendant un hiver glacial.

*J'aime ça les noms suédois, le dernier ne l'est pas, il n'y a pas de ¨

 

La plupart du temps, dans cette littérature du Nord, les hivers n’ont pas l’air si froid. Là, si ! On se gèle jusqu’au os du début à la fin.

 

À travers cette enquête nous entrapercevons aussi la vie et les problèmes privés des enquêteurs. La maladie dégénérative de la femme de Börge, les enfants de Johan, la tranquillité de Zeke.

 

Je me suis fait une fausse idée de la Suède, une idée toute blanche, toute propre et toute pure, certainement à cause de la neige et du froid, toute fraternelle aussi par sa social- démocratie, toute intrigante de ses belles femmes toujours blondes.

 

Les romans policiers présentent une Suède bien différente, où les femmes peuvent être brunes, les malades abandonnés, les pauvres sans ressource, les familles sans culture, les enfants martyrisés et les immigrés sans avenir.

 

La réalité doit se trouver, comme souvent, entre les deux.

 

Pour les autres opinions, en général positives, vous pouvez aller chez Sharon, Pimprenelle, Chaplum, Stéphie, Kathel, Émeraude et Lystig.

 

PS : J’ai commandé au Père Noël le suivant : ‘’Printemps’’. Finalement, j’aime bien la personnalité de Malin capable de boire son café d’une main en beurrant sa tartine de l’autre*.

*ou inversement

 

PPS : Il y a quelques petites erreurs du même style qui pourraient déranger si on est puriste*.

*Ce qui n'est pas mon cas

 

Hiver de Mons Kallentoft chez Points, 491 pages. 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou 

 

Le bémol du Papou : J'ai été dérangé quand le mort essaie d'expliquer sa situation et ce qui se passe chez les vivants. Je n'ai pas trouvé ça nécessaire et plutôt fantasmagorique.

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

C
je l'ai lu dans l'avion vers New York (yeah!) et franchement, je n'ai pas trouvé cela exceptionnel; J'ai même été longtemps assez indifférente à l'histoire. Pas tout à fait l'ennui, mais pas loin.<br /> Comme toi les monologues du mort ne m'ont rien apporté à la lecture. Par contre, bizarrement, j'ai envie de lire la suite.
Répondre
L
Bizarre, vous avez dit bizarre, ma chère Choupy... Comme c'est bizarre.<br /> Le Papou
L
elle doit utiliser une "planchette à tartiner" (enfin, je ne sais pas comment cela s'appelle : une mini planche à découper, j'en avais une qui remontait un peu d'un côté et un peu moins de l'autre,<br /> comme cela la tranche tenait bien !)<br /> (il faudrait que je le retrouve !!!!)
Répondre
L
<br /> <br /> Une photo serait la bienvenue.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> je me rapproche de toi de 5000 km dès demain.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />