Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:11

Ce livre est la suite de ‘’L’île aux chasseurs d’oiseaux’’ que je n’ai pas lu, ce qui a, peut-être, nuit à ma compréhension de certaines situations mais ne m’a aucunement gêné pour l’apprécier. (le terme est faible)

 

À la suite du décès accidentel de son fils, le mariage de Fin Macleod a explosé. Il démissionne de la police et retourne sur Lewis, l’île de son enfance.

 

May1.jpgLa découverte d’un cadavre, assassiné, enterré dans la tourbe depuis cinquante ans, que des analyses ADN relient étroitement à Tormod Macdonald, le père de Marsaili, l’amour de jeunesse de Fin.

Mais qui est Tormod Macdonald qui n’a aucun parent connu et porte le nom d’une personne décédée à l’âge de 18 ans ?

Malheureusement, atteint de démence sénile, celui-ci ne peut aider Fin qui en s’impliquant dans cette enquête va lever le voile sur l’histoire des ‘’homers’’ ces orphelins catholiques que l’on envoyait dans les îles comme main d’œuvre gratuite et pour améliorer le cheptel (oups!) tenter de mettre un frein à la consanguinité de l’archipel. 

 

Dans ce roman, plusieurs histoires se chevauchent ou se télescopent.

Aux tentatives infructueuses de Tormod pour continuer à vivre normalement alors que sa maladie ne fait qu’empirer, s’intercalent l’histoire de sa jeunesse depuis son arrivée dans un orphelinat et les recherches de Fin pour retrouver la véritable identité du vieil homme jusque dans les îles les plus reculées de l’archipel.

Nous avons très rapidement une idée sur l'identité du cadavre mais les raisons de son assassinat restent obscures jusqu'à la toute fin du roman.

 

J’ai été bluffé par l’auteur qui réussit à nous faire apprécier ces îles rudes, ces côtes sauvages et cette mer tourmentée et dangereuse, au point de nous donner envie de nous y installer et de participer à la vie plutôt pénible de ses habitants.

J’ai été bluffé aussi par la fin de cette histoire, car si la majorité des aventures se comprennent et s’amalgament parfaitement, la conclusion, pourtant annoncée très subtilement depuis le début, m’a semblé quelque peu surréaliste.*

 

Je vais évidemment lire le premier tome qui a déjà rejoint ma PAL et qui devrait (je l’espère) améliorer ma compréhension etc..(voir le premier paragraphe) sans compter que je me délecte à l’avance de replonger dans l’écriture si intense de Peter May.

 

*PS : Certains diront que l’imagination des écrivains est infinie et que c’est une des raisons de notre plaisir. Bon ! D’accord ! Mais quand même !

PPS : Quatre * est LE nombre maximum. Il y manque juste un petit  coeur 116

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime  

par Le Papou


Le bémol du Papou : La fin. Sinon, ce livre aurait été mon premier coup de cœur de 2012. (C’est la deuxième fois qu’une fin annule un coup de cœur. Deviendrais-je difficile, ou pointilleux ou allergique aux fins de romans que j'apprécie (terme toujours aussi faible) ?)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cryssilda 24/04/2012 12:52

Si tu as aimé celui-ci, tu devrais adorer "L'île des chasseurs d'oiseaux" qui est un cran au dessus encore ! Bonne lecture alors!

Le Papou 25/04/2012 09:27



Il est dans ma PAL, j'ai hâte mais dabord je passe au travers des livres prétés par l'Héritière et celui-là sera le premier dès mon retour au bercail.



YUEYIN 22/04/2012 21:10

ma prochaine lecture, j'ai hââââte :-)

Le Papou 23/04/2012 09:38



Retiens-toi encore un peu jusqu'à ce que tu n'en puisse plus.