Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 14:12

noix-1.jpg

Le Périgord, comme je l’ai mentionné auparavant, est le pays de la châtaigne mais aussi et je dirais même surtout le pays des noix.

(Et des noisettes) J’ajoute les noisettes, considérées plutôt comme un produit du Lot et Garonne,pour remercier mon superbe noisetier périgourdin qui produit énormément de ces petits fruits chaque année, mais revenons à nos noix.


Le noyer serait originaire de Perse et aurait migré tranquillement vers la Grèce puis vers le reste de l’Europe.

On a retrouvé des traces de ces fruits, datées de 17000 ans, dans les habitations troglodytes du Périgord.

 

Considérée au Moyen-âge comme précieuse, la noix était même utilisée comme moyen de paiement par les paysans du Périgord et l’huile de noix avait la même valeur que l’or.

 

Le Périgord produit principalement de la « franquette » une noix originaire du Dauphiné introduite au milieu du 20ème pour remplacer la noix locale plus petite. 

Cette noix, la Corne du Périgord a une taille moyenne, des cerneaux blancs et un goût savoureux.


Selon un dicton «  se coucher sous un noyer peut donner mal à la tête » mais mon géniteur disait qu’en cas de grosse chaleur, il fait toujours frais sous un noyer, c’est là qu’il faut coucher la chopine, pas la copine. (à cause du mal de tête)

Pour récolter les noix on doit gauler le noyer, c’est à dire utiliser une grande perche et frapper sur les branches pour faire tomber les fruits. Moi qui suis un amoureux des dictons de nos campagnes j’aime beaucoup celui-ci même s’il n’est pas politiquement et « fémininement » correct.


«  De l'âne, du noyer, de la femme acariâtre, on en doit rien espérer sans les battre. »


Mais on y parle de femme acariâtre, n’est ce pas, ce qui est ni le cas de Dulcinée, ni de l’Héritière, ni de toutes les femmes de ma famille, ni de mes voisines ni même de toutes les femmes que j’ai connues, que je connais ou que je connaîtrais à l’avenir. Ouf!

C’est une espèce en voie de disparition comme la mégère, la belle-mère, le grand panda et la baleine franche. La preuve : plus personne ne connaît ce dicton.


Revenons à nos cerneaux : Si un jour vous passer par le Périgord, demander au boucher un morceau de boudin aux noix et vous aurez enfin une petite idée du bonheur de la table périgourdine et, s’il vous plait, goûtez-y froid.


J’ai trouvé un site remarquable sur les noix, les coutumes, leurs histoires et tout et tout.

http://www.boitearecettes.com/fruits_legumes/noix-text.htm (publicité gratuite)


Bonne dégustation

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 11/06/2010 19:17


Si, si! certains escargots c'est bien connu, après ils utilisent les coquilles pour se faire des habitations modernes


yueyin 11/06/2010 15:28


miam des noix, les écureuils aiment bien les noix, les escargots aussi il parait mais c'est moins connu et le gâteaux aux noix alors, quel délice...