Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 15:44

Il n’est pas facile de parler de ce petit roman, petit certes, mais concentré, foisonnant, farfelu, tristement drôle ou drôlement sinistre.

 

Dans tout roman doivent cohabiter une histoire et un style d’écriture. Ce n’est pas facile de parler d’un livre qui ne semble avoir ni histoire, ni vocabulaire ordinaire.

 

J’étais perdu, je voulais abandonner mais je ne pouvais pas. Je me sentais bousculé, perturbé mentalement avec des pensées contradictoires, je ne comprenais plus rien et pourtant je continuais.

Je voulais comprendre.

Après avoir refermé ce livre je me demande encore si j’ai vraiment tout compris.

 

C’est un livre de questions. On se les pose à chaque page, on ne trouve jamais de réponses claires, que des bribes qu’il faut absorber, digérer, c’est fatigant.

 

 Dès la première phrase du livre, le ton est donné :

 ‘’NSoucy2.jpgous avons dû prendre l’univers en main, mon frère et moi car un matin peu ava nt l’aube papa rendit l’âme sans crier gare.’’

  Écrit à la première personne par le ‘’secrétarien’’ celui des deux adolescents qui s emble le plus cultivé.

Est-ce un garçon ou une fille ? Son leitmotiv de lancer du sang quand il est en colère est troublant et le titre de l’ouvrage perturbe notre imagination.

 

Dans cette narration toutes les femmes sont des putes ou des saintes vierges.

Pourquoi ces qualificatifs opposés ? Pourquoi le narrateur ne fait-il pas de différence ?

 

Dans un style enfantin et complexe à la fois avec des termes à contresens, des barbarismes, des mots inventés, des grossièretés systématiques, des mots savants, des mentions de Spinoza ou de Saint Simon, le langage devient difficilement compréhensible.

 

Sans éducation, le narrateur utilise les seuls mots qu'il connait, qu’ils soient triviaux ou proviennent des livres qu'il appelle tous ‘’dictionnaires’’.

 

Le père est le personnage clé du livre. Son décès innatendu va provoquer un bouleversement qui va complètement perturber ses enfants.

Mais est-il mort naturellement ou s’est-il suicidé ?

 

Les deux enfants ont été élevés par ce père fou, éduqués avec des ’’horions’’ et des règles immuables, dans la peur, dans la misère, sans éducation, sans contacts avec le monde extérieur, dans une riche maison laissée à l’abandon, au milieu d’animaux qu’on ne soigne plus.

Pourquoi cette folie ? Pourquoi cet abandon ?

 

On nous distille de vagues souvenirs d’une petite sœur et d’une grande et jolie putain ou sainte vierge.

Qui sont-elles ? Ont-elles existées autrement que dans l’esprit des enfants ?

 

Et puis, on va jusqu’au bout du livre et on devine plus qu'on apprend ce qui a du se passé, et c’est insoutenable.

 

Voici deux courts extraits :

‘’ Et la deuxième chose extraordinaire, je n’avais pas mis les pieds depuis trois minutes au village que je vis apparaître un semblable dont je devinai à je ne sais quoi qu’il s’agissait d’une sainte vierge ou d’une pute.’’


‘’ Il y a quelque chose qui existe partout dans l’univers à ce que j’ai lu, ce sont les vases communicants, et comme c’est vrai. Car il arrivait que papa ait la main pesante avec ses horions, et mon frère écopait comme du bois vert, et c’est moi qui subissais mon frère ensuite, c’est ce qu’on appelle les vases communicants.’’

 

Ai-je aimé ? On ne peut pas aimer un tel livre. On ne peut pas aimer un livre qui vous tord les tripes, vous expulse de votre confort, et fatigue votre cerveau à trouver des réponses sans être sur qu’elles soient bonnes.

 

Un livre difficile, sombre dans sa drôlerie, comique dans sa tristesse, atroce dans son histoire avec une morale non-écrite : n’aimez pas trop les allumettes!

 

Le bouleversement de Karine est ici.

 

 

Le Papou

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Grominou 27/11/2011 02:03

C'est magnifique et terrible à la fois. J'ai adoré cette façon de nous faire découvrir la réalité peu à peu. Gaétan Soucy fait vraiment confiance à ses lecteurs, ce qui est malheureusement trop
rare!

Le Papou 27/11/2011 14:18



Ça demande du talent, de la recherche et du travail...À la cadence de sortie de nouveaux livres, on peut se poser des questions.



Kikine 04/04/2011 00:21


Il faudra bien qu'un jour je me décide pour lire ce livre et voir quelles émotions vont naître de cette lecture...


Le Papou 04/04/2011 13:59



N'hésite pas, tu vas l'aimmmer ou tu va le haïïïr mais il ne te laissera pas indifférente.!



Turquoise 01/04/2011 23:48


Ton billet (et le commentaire de Cryssilda) me donnent envie d'essayer une telle lecture. Et le livre est justement au catalogue de le bibliothèque !


Le Papou 02/04/2011 00:11



Il faut toujours essayer, tu vas adorer ou tu vas haïr ça ''au bout'' !



Cryssilda 01/04/2011 17:19


Oui je reconnais. Pour te faire plaisir :-)
(mais moi j'aime bien les livres tordus faut dire)


Le Papou 01/04/2011 17:25



bon, ceci explique cela :-D



Cryssilda 01/04/2011 16:35


J'adore cet auteur, j'ai lu tous ses romans. Et j'aime celui-ci en particulier. J'aime tout dans ce roman, l'écriture, l'histoire, la psychologie... l'un de mes livres fétiches.


Le Papou 01/04/2011 17:17



Reconnasis que ce n'est pas facile à lire.