Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 09:30

Le billet d'Oncle Paul et le titre* avaient attiré mon attention. En additionnant jeune auteure prometteuse, roman policier, et un titre si beau, j’allais me régaler.

Raté !

 * Surtout le titre, désolé ! Oncle Paul

 

Calestreme1.jpgLe premier chapitre du roman raconte la mort d’un Texan assassiné par des abeilles tueuses. À part cet accident, les abeilles n'ont aucune d’incidence dans la suite du bouquin.


Yoann Clivel est policier, quadragénaire séducteur mal dans sa peau, fier de ses origines basques par sa mère et obnubilé par l’assassinat de son père quand il était pré-ado.

Il forme une petite équipe d’enquêteurs avec Christian Berckman, son adjoint, un jeunot, Marc Honfleur et la jolie Jane Velin.

 

Ils sont envoyés dans un appartement pour enquêter sur le décès de trois personnes dont une petite fille de six ans. Selon les premières constatations, le père, devenu fou, aurait massacré sa famille avant de se mutiler avec un couteau.

Jusque là, ça allait. Sauf que je me suis demandé pour quelles raisons les flics continuaient l’enquête devant le cas évident d'une ‘’banale’’* crise de folie.

*Je suis spécialiste des termes impropres

 

Les complications surviennent quand une femme se jette à travers la vitre de la fenêtre de son appartement et que les 18 habitants de l’immeuble sont tous retrouvés morts.

Deuxième question du pointilleux Papou : Quelles raisons amènent Clivel à supposer que les deux affaires sont liées : la folie ? C’est léger.

 

Tant qu’à faire dans la progression numérique, 28 autres cadavres sont retrouvés dans un autre immeuble, mais sans crise de folie, cette fois*.

 *Les auteurs ont beau essayer de battre des records, ils n’ont jamais réussi à égaler les massacres ou les faux suicides sectaires.

 

Je résume. D’un côté la bande à Clavel qui enquête sur les premiers morts, de l’autre la Crim’, qui s’occupe des assassinats de masse. À partir de là, je suis devenu un Petit Poucet perdu dans une forêt où se cachent, des magnétiseurs, des abeilles*, une prophétie, un gourou franco-anglais, un malade mental, une jolie maman à la peau douce, un petit génie et une plante si dangereuse qu’elle pourrait détruire l’humanité.

*Qui, je le rappelle, ne servent pas à grand-chose.

 

Einstein eût dit* que l’humanité disparaitrait quatre ans après l’extinction des abeilles, soit ! On nous dit aussi que les OGM allait rendre infertile l’humanité, soit encore ! Et là il semble que les plantes veuillent se venger elles-aussi.

L’humanité a des soucis à se faire pour sa survie.

* Qu'il l'eût cru.

 

L’idée de départ était intéressante. C’est bien écrit, plein de rebondissements, d’empathie et d’amour, seulement, je suis imperméable à

 l’ésotérisme, à l’occultisme, et à toutes les pseudosciences qui prétendent à des connaissances non vérifiables. Je ne crois ni aux guérisseurs de tous poils, ni aux magnétiseurs, ni aux voyantes, ni à tous ceux qui utilisent la crédulité et la peur de leurs ''patients''.

Je n’ai donc rien compris à l’évolution de l’intrigue. J’espère, juste, que l’écologie n’aboutira ni à des sectes de fin du monde ni à ce genre de dérive fantasma-destructrice.


Avons nous vraiment besoin d’un gourou sale et malade et d’un fou eczémateux pour nous faire peur ? Nos dirigeants s’en chargent très bien.


PS: Ceci dit, il serait temps qu’on arrête d’en parler et qu’on commence à agir pour sauver notre petite planète bleue.

PPS : Il est évident que certains vont utiliser les nouvelles croyances bio et écolo pour trouver de nouveaux pigeons à plumer.

 

Le testament des abeilles de Natasha Calestrémé, Albin Michel, 350 pages, 2011, Policier Écolo

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou


Le bémol du Papou : J’ai attendu longtemps le lien entre les abeilles tueuses et les cadavres qui s’amoncelaient. En vain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kikine 16/12/2012 22:50

Non mais c'est bien aussi les livres pour lesquels tu ne cliques pas ... ça m'évite de les ajouter sur ma liste. Merci de te sacrifier pour nous ;)

Le Papou 17/12/2012 00:59



Sacrifice fait avec plaisir mais...tu aurais peut-être aimé, toi.


Je taquine.



Alex-Mot-à-Mots 15/12/2012 21:02

Tiens, moi j'ai bien aimé ce roman, je me suis laissée entraîner par l'intrigue loufoque.

Le Papou 16/12/2012 03:45



Mais l'auteur(e) voulait-elle faire un roman loufoque ?


Amicalement



Oncle Paul 14/12/2012 15:47

Bonjour Papou
Dommage que les abeilles n'aient pas réussi à polliniser ta lecture, ni aiguillonner ton intérêt, tout juste te boursoufler par leur dard l'ennui. Tant pis ce sera pour une autre fois
Amicalement

Le Papou 15/12/2012 20:42



Mon manque de culture, surtout d'api.


 


Amicalement