Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 11:22

Coeur3Prix Goncourt, prix Goncourt des lycéens et prix Médicis en 1995 et

coup de coeur du Papou


Des milliards de personnes* ont lu ce livre avant moi. Ma décision de l’emprunter à la bibliothèque fut provoquée par le billet de Madame ''La Plume et La  Page’’, ici.

J’avoue avoir quelques réticences sur les bouquins ou les films trop primés et n’être pas particulièrement entiché de littérature russe.

*Minimum


Roman ou autobiographie romancée ?

Makine1Cette question a très peu d’importance dans ces souvenirs de l'enfance et de l’adolescence d’un jeune russe qui passe ses vacances chez sa grand-mère Charlotte, française d'origine, vivant à Saranza* en Sibérie.

À travers les récits et les lectures de Charlotte, il apprendra le français, connaitra l’Histoire de la France, découvrira celle de son pays et vivra, dans une légère insouciance, les incertitudes politiques de son époque.

* Inventée


Je ne suis pas le premier pour qui c’est un coup de cœur même si j’ai trouvé que l’écriture ne ressemblait pas à celle d’un enfant ou d’un adolescent. Trop belle, trop travaillée, trop poétique !

Mais, a contrario*, c’est ce style et cette écriture qui m'ont donné un intense plaisir et, plutôt que de vous fatiguer avec ma prose, je préfère vous en donner envie avec la sienne.

*Je ne suis pas à une contradiction prêt.

 

‘’ Le vent chaud de la steppe nocturne se répandait de nouveau en moi.’’


‘’Le lustre qui tombait du plafond lors de la représentation de Faust à l’Opéra déversait immédiatement son explosion cristalline dans toutes les salles parisiennes.’’


‘’Elle maniait l’aiguille avec ce brin d’élégance artistique qu’on remarque toujours chez une femme qui travaille et entretient en même temps la conversation avec un invité qu’elle croit intéressé par son récit.’’


‘’L’essentiel était indicible. Incommunicable. Et tout ce qui, dans ce monde, me torturait par sa beauté muette, tout ce qui se passait de la parole me paraissait essentiel. L’indicible était essentiel.’’


‘’Plus la Russie que je découvrais se révélait noire, plus cet attachement devenait violent. Comme si pour l’aimer, il fallait s’arracher les yeux, se boucher les oreilles, s’interdire de penser.’’


  ‘’Elle était là, sous ce ciel violet et paraissait parfaitement seule sur cette planète, dans l’herbe mauve, sous les premières étoiles.’’


‘’Et pourtant le français de Charlotte avait gardé une extraordinaire vigueur, dense et pure, cette transparence d’ambre qu’acquiert le vin en vieillissant. Cette langue avait survécu à des tempêtes de neige sibériennes, à la brûlure des sables dans le désert de l’Asie centrale. Et elle résonne toujours au bord de cette rivière au milieu de la steppe infinie…’’


Je pourrais vous citer tout le livre, trois cents pages de petits bonheurs linguistiques, écrit directement en français, refusé par les maisons d’édition et accepté quand réécrit en russe et traduit*.

*Semble-t-il ? Ce qui n’est pas à l’honneur des Éditeurs.


Le coup de théâtre à la fin m’a bouleversé. Mais, fait-il vraiment partie de la partie biographie ou de celle du roman ?

 

Le testament français d'Andreï Makine, Mercure de France, 1995, 305 pages, Biographie romancée

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

 

 

Le bémol du Papou : La répétition des (…) en fin de paragraphe m’a légèrement fatigué mais c’est vraiment pour trouver un bémol.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kali 10/02/2013 19:00

Un excellent souvenir de lecture, d'ailleurs j'ai hâte de lire son dernier. Je ne me rappelle pas ce fameux "coup de théâtre" final, en revanche...?

Le Papou 10/02/2013 21:43



Il apprend, qu'en fait, il était un enfant adopté et que sa grand-mère française n'avait aucun lien de parenté lui qui considérait la France, à cause d,elle, comme sa deuxième patrie.


 


Bon dimanche



Alex-Mot-à-Mots 15/01/2013 11:54

Il fallait vraiment que tu trouves un bémol ?

Le Papou 15/01/2013 14:42



Sinon je ne serai pas Le Papou, et puis c'est un tout petit et puis... (il y en a presque à tous les paragraphes)


 


Amicalement