Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:58

Ceux qui jettent un œil sur ce blog  savent que j’aime bien les romans d’Anne Perry.

En général, ils se passent dans un monde bien policé, où même la noirceur des scélérats est contrebalancée par une certaine éducation.

Certes on frôle, par moment, la populace mais on s’y insère rarement.

 

Voici un roman beaucoup plus noir qui se situe à la même époque, en grande partie au milieu du peuple même si la haute société et les fonctionnaires n’y sont pas épargnés.

Pepper1.jpgNous sommes dans la première moitié du 19ème siècle, Newgate est une immonde prison de Londres, et Pyke fait partie des Bow Street Runner, un service de police dont les membres, souvent peu recommandables, funambulent* entre la loi et les délits.

 

Trop c’est trop, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans cet univers de petites guerres de fonctionnaires, (certains favorables à la création d’une véritable police, d’autres ne voulant pas perdre leurs privilèges), de massacres entre catholiques et protestants, ou entre irlandais et anglais (ce qui est un peu la même chose), de luttes sanglantes entre fermiers exploités à outrance et propriétaires terriens sans scrupule.

 

Je vais vous avouer, qu’après avoir refermé le livre, je me suis demandé pourquoi le dénommé Pyke était mêlé à cette affaire, accusé de l’assassinat de sa petite amie, condamné à mort, évadé, et n’hésitant pas à tuer, tel Batman, ceux qui se mettent en travers de sa route.

 

Le dernier chapitre m’a troublé pour au moins deux raisons :

Une fin, trop rose ‘’barbe à papa’’ alors que le roman est plutôt noir charbon ou rouge sang et en plus, impossible à deviner… ou finalement pas très claire… ou bien je n’ai pas toutcompris.

 

Ceux qui souhaiteraient vivre au siècle de Jane devraient se rappeler que plus des trois-quarts de la population crevaient de faim, de maladie, de froid et de mauvais traitements, sans compter les épidémies et les incendies incontrolables.

 

*Petit clin d’œil au Baudet.

 

L'avis d'Yspaddaden qui m'a donné l'envie de le lire.

 

PS: Désolé, ce texte ne devait pas être publié en l'état, mais mon doigt a cliqué sur le mauvais bouton...Tant pis ! Et pas de bémol (snif)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joelle 29/02/2012 15:31

Il me tente quand même toujours malgré ton avis mitigé ! Mais uniquement si je le trouve à la biblio, ce qui fait que, si je suis de ton avis, je n'aurais pas de regret ;)

Le Papou 29/02/2012 15:48



Heureusement qu'on a les bibliothèques !mdr



yueyin 12/02/2012 22:21

Ah mais je n'aimerais pas du tout vivre à cette époque hein, j'adore y revasser mais en rêve juste en rêve, car même dans des milieu plus aisé, il ne faisait pas bon être une femme dans ces années
là, personnellement je serais morte au premier enfant donc vraiment très jeune à mon gout...

Le Papou 13/02/2012 13:23



Il est bon de relativiser et de revenir à la réalité.



Ys 12/02/2012 21:43

Moi, j'aime bien quand il y a de la chair dans les romans, des faits, de l'actualité, et là, il y en a. Et je ne me souviens plus de la fin, comme toujours (je peux relire les polars qui m'ont avec
toujours le même émerveillement à la fin !), j'ai oublié la barbe à papa :-)

Le Papou 13/02/2012 13:27



Bonjour Ys, 


Pour la chair, tu as été gâté quant à la barbe à papa, je voulais innover et ne pas réutiliser pour une ènième fois ''rose bonbon''