Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 19:41

enfterre4.jpg

 

Ce quatrième tome nous conte le long voyage d’Ayla et Jondalar depuis le camp du Lion des Mamutoï jusqu’au clan des Zelandoniï d’où est originaire Jondalar.

Avec les chevaux Whinney et Rapide et Loup, le louveteau qu’Ayla a sauvé, ils vont reprendre leurs aventures à travers des paysages changeants, magnifiques et souvent dangereux.

Longue chevauchée durant laquelle ils ne rencontrent personne pendant de longues semaines.

 

 

 

Plus tard, pendant qu’Ayla essaie de sauver ses chevaux qui, entraînés par une horde sauvage affolée par des chasseurs, se ruent vers un précipice, Jondalar est fait prisonnier par ces même chasseurs, une population d’amazones, dirigée par une reine cruelle, entourée par ses séides qu’elle nomme ses louves.

Tous les hommes sont en esclavage, brutalisés, affamés et utilisés pour des travaux forcés.

Ayla va sauver Jondalar et la reine sera tuée par Loup alors qu’elle essayait de poignarder Ayla. Nos deux voyageurs vont réussir, avec l’aide de la Shaman, à rassembler de nouveau les hommes et les femmes de cette tribu.

 

Continuant leur périple dans ces contrés sauvages ils arrivent enfin chez les Sharamudoï que Jondalar a connu lors du voyage avec son frère.

Dans cette peuplade, Ayla et les animaux vont causer le même problème que chez les Mamutoï. D’abord accueillis avec prudence, à cause des chevaux et du loup, elle soigne la femme de Dolando, « celui qui ordonne », qui souffre énormément d’un bras brisé et mal replacé.

Plus tard, alors qu’elle raconte son enfance, elle est prise à partie par ce même Dolando, dont le fils a été tué par des « Têtes Plates », nom que les « Homo Sapiens » donnent par dérision aux « Australopithèques », qu’ils considèrent comme des animaux.

L’explication exacte sur les causes de cette mort va changer Dolando et leurs relations avec les Sharamudoï, à tel point qu'ils vont offrir à Jondalar et Ayla de rester et d’intégrer leur peuple.


Mais le but de Jondalar est de retrouver les siens.

Pour cela, Ils doivent traverser le grand glacier avant le redoux du printemps et affrontent la nature dans ce qu’elle possède de plus beau mais aussi de plus dangereux, les forêts, les marais, les cours d’eau.

Après avoir sauvé un couple d’Australopithèque, ils réussiront la traversée du grand glacier dans les pires conditions avant de rejoindre, enfin, le peuple du père de Jondalar, les Lazandoniï, où ils auront la surprise de rencontrer un métis adulte d’Homo sapiens et d’Australopithèque.

Le voyage est se termine enfin chez les Zelandoniï.


J’ai retrouvé dans ce quatrième tome le même plaisir que dans les deux premiers.

Je ne prévois par lire immédiatement la suite, comme Jondalar et Ayla, je suis un peu fatigué de toutes ces aventures et, je sens que j’ai besoin de reprendre des forces.

 

Auteur : Jean M. Auel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yueyin 13/05/2010 21:05


J'ai beaucoup aimé ce tome là mais mon préféré c'est le dernier, les refuges de pierre :-))))


Le Papou 14/05/2010 00:14



Je récupère du numéro 4 , c'est fatiguant quand tu te prens pour le héros