Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 15:51

Cela fait maintenant un certain temps que j’ai pris la décision à l’unanimité de moi-même de lire une œuvre de Stefan Zweig.

Cette décision, fruit des nombreux billets de certaines (le masculin ne me parait pas concerné) qui se commettent dans des blogs aussi instructifs qu’intéressants, pour un fayot qui ne l’ignore pas.

Ne voulant pas tomber dans des histoires trop sentimentalement complexes je me suis décidé pour ‘’Marie-Antoinette’’ une œuvre qui me parait plus historique que freudienne.

J’ai trouvé plusieurs œuvres de cet auteur dans la librairie et la bibliothèque que je fréquente assidument mais pas de ‘’Marie-Antoinette’’

Hors dans le dernier lieu, je suis tombé sur ‘’Une enfance africaine’’ qui raconte la vie d’expatriés juifs allemands peu avant la dernière guerre mondiale et qui redémarre à zéro au Kenya.

Après ma dernière lecture, je souhaitais un livre plus calme, plus serein et celui-là paraissait convenir à mon humeur.

Comme mes décisions sont prises rapidement, souvent même trop rapidement, je ne le sais que trop bien, le livre a pris la direction de mon chez-moi.

Quelques jours plus tard, je l’ai choisi pour être ma nouvelle lecture. Allez savoir pourquoi mais la dédicace ‘’à mon père’’ m’a fait tiqué. J’ai donc regardé de plus près pour  m’apercevoir que l’auteur n’était pas Stefan Zweig mais Stefanie Zweig.

Certes son prénom, son nom et sa dédicace pourrait faire supposer une relation familiale… et bien non. Familles juives, certes, mais d’origine allemande pour elle et autrichienne pour lui.

Je vous en parlerai plus tard mais cette expérience m’a appris que même avec un nom peu courant comme Zweig, il vaut mieux vérifier le prénom.

Oh! Encore un mot, je ne sais pas si Stefan va me plaire mais je suis assez heureux avec Stefanie.

 

PS: Le titre de ce billet est erroné, le pluriel n'a pas lieu d'être mais j'aime les S, lettre intéressante qui ressemble à un crochet de boucher ou qui entoure l'âme d'un violon. Elle est la représentation de l'humain qui titube entre violence et sentimentalité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine:) 22/01/2011 15:33


Ah oui... c'est une charmante erreur! Et bon, je ne devrais pas, mais je suis morte de rire!


Le papou 22/01/2011 17:29



Tant mieux! c'est un juste retour des fous-rires que tu me donnes



yueyin 16/01/2011 11:06


je trouve ça excellent et puis c'est comme ça que l'on faire des découvertes après tout :-)))


Le Papou 16/01/2011 14:43



Mon billet arrive, bon! il est plutôt ambivalent quoique je ne sais pas exactement ce que ça veut dire mais c'est un joli mot non ?