Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 13:44

 ‘’J’ai bien une inclination coupable pour les romans policiers, mais je tiens ceux que je lis pour de la haute littérature.’’

 L’élégance du hérisson  de Muriel Barbery

 

 Encore un roman dont la trame policière ne sert qu’à faire passer dans, la littérature, dite ‘’facile’’, un livre de sociologie, d’ethnologie ou d’Histoire (avec un grand H). Cette fois-ci, la civilisation grecque antique et les idées philosophiques du temps de Périclès et de la ‘’Démocratie’’.

 

Mais les auteurs ne sont-ils pas aussi ‘’coupables’’ que les éditeurs ?

Aurais-je acheté un livre d’Histoire ou de Philosophie sur cette période ? Peut-être pas.

En général, seuls les spécialistes ou les fondus de la chose s’y intéressent, les auteurs ne doivent pas toucher un pactole mais des ventes gonflées, par une enquête policière, doivent certainement rapportées plus de foins dans le fenil de l’écrivain.

 

C’est moins évident pour ‘’13 heures’’ de Deon Meyer, un auteur de polar reconnu, qui nous présente la société sud-africaine en pleine mutation, mais que ce soit ‘’Le dernier rêve de la colombe diamant’’ d’Adrian Hyland, sur la civilisation des Aborigènes et la société australienne, ‘’Le jour de la chouette’’ de Leonardo Sciascia sur l’Italie gangrenée par la mafia sicilienne ou ‘’Madame Socrate’' objet de ce billet, tous nous obligent à apprendre ou à réfléchir, ce qui, convenez-en, n’est pas, initialement, la raison d’un polar.

 

Messadie1.jpgNous sommes au Vème siècle avant notre ère, Périclès et la démocratie* dirigent la cité d’Athènes. Le philosophe Socrate est l’un de ses conseillers les plus proches. Alcibiade, son protégé, est un jeune homme riche, beau et dévoyé. Xanthippe, la femme de Socrate est une matrone qui possède, selon un cliché bien connu sur les pentes de l’Acropole, le bon sens de ses origines paysannes.

 

Voyons rapidement le crime : Phillipide,  après une violente dispute avec Alcibiade, son ami et amant, est assassiné à deux pas de la demeure de Socrate et son corps trouvé par Xanthippe.

On saura très vite le nom du tueur, exit l’enquête policière.


Des raisons familiales et politiques vont empêcher les dirigeants et les conseillers de prendre des décisions, ce qui met Madame Socrate ''en maudit''*.

Ce qui pourrait laisser supposer que les politiciens athéniens avaient connaissance de la sagesse chinoise et des 3 petits singes: ne rien entendre, ne rien voir et ne rien dire. Je n’insiste pas, ne voulant ni les insultes des historiens grecs ni celles des philosophes chinois.

 

J’ai lu ce livre avec beaucoup d’intérêts et vécu à Athènes de 438 à 373 avant notre ère.

J’ai partagé les joies, les plaisirs et les malheurs de ces habitants, participé aux manœuvres politiques, aux révoltes, aux guerres, subi les épidémies et les massacres, écouté les philosophes de cette époque, Socrate, Protagoras, Platon, Anaxagoras, admiré les sculptures de Phidias et les pièces d’Euripide et d’Aristophane.

J'étais grec, ce qui ne me changeait pas beaucoup.

 

Revenons, s'il vous le voulez bien, sur une demes premières questions.

Pour en savoir plus, achèterai-je un livre d’histoire ou de philosophie sur la Grèce antique au 5ème siècle ?

C'est possible, mais encore faudrait-t-il qu’il soit aussi intéressant que celui-ci.

 

 

* Démocratie = Le pouvoir du peuple

* En maudit  (Expression helleno-québécoise) = en tabar...

 

 

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou 

 

 

Le conseil du Papou:

Commencez par lire la postface. L’auteur nous explique où s’arrête la réalité et où commence la fiction. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

niki 15/08/2011 09:32


(tous nous obligent à apprendre ou à réfléchir, ce qui, convenez-en, n’est pas, initialement, la raison d’un polar.)

mais si justement ! et c'est là que commettent la même erreur des opposants aux polars = ce ne sont pas des livres qui font réfléchir
c'est tout le contraire, lorsque les écrivains se sont mis à écrire des romans noirs, c'est justement pour mettre l'accent sur les misères du monde


Le Papou 15/08/2011 14:21



Si tu parles de misère dans les connaissances en Histoire, Philosophie, Ethnologie et autres, alors je suis bien d'accord. Si tu parles de la misère du monde eh bien...je suis d'accord aussi.



yueyin 15/08/2011 04:24


Je suis dedans, ça s'annonce bien :-)


Le Papou 15/08/2011 14:23



Bonne lecture!