Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 13:28

En écrivant son billet sur un autre livre de cet auteur de roman policier de notre région, notre consœur québécoise Allie a mentionné le titre de son premier roman.  

Je l’avais noté pour quatre raisons.

Il s’agissait, primo, d’enquêtes policières qui se passent, deuxio ou secundo, vers la fin du 19ème siècle, troisio (je sais que ça n’existe pas, mais c’est mon blog) ou tertio, dans la petite ville de Québec et quarto l’auteur y vit.

J’ajouterais, cinco (voir plus haut) ou quinto, que je préfère, avec des héros récurants, commencer, si possible, par la premiere oeuvre. C’est toujours gênant quand le héros rencontre sa future femme alors qu’il était marié dans le livre précédent, pas grave, mais gênant.

 

Yaccarini1.jpgLe journaliste vedette du quotidien ‘’Le Soleil’’ est assassiné, puis égorgé post mortem.


Le sergent d’origine irlandaise, Francis Leahy, nommé détective à titre provisoire, est chargé de trouver l’auteur de ce meurtre, aidé par les constables Rioux et Moreau.

L’enquête en elle-même n’a rien d’extraordinaire. Je ne m’y étendrais pas plus longtemps; elle est complexe, ce qui est normal, avec des rebondissements, ce qui est prévisible, et plusieurs suspects, ce qui va de soi.

Mais…ce n’est pas du grand roman policier, causé surtout par l'inexpérience de l'auteur. J’ai d'ailleurs eu l’impression qu'il aimait tellement ses personnages que leur histoire ne pouvait se terminer que sur une fin fleur bleue ou à l'eau de rose. (Choisissez la couleur que vous préférez)

 

Découvrir une étude socio-économique de la ville de Québec à cette époque, avec ses différents quartiers, ses habitations et ses coutumes, fut beaucoup plus plaisant.


Nous nous promenons dans la ville, ou devrais-je dire, le village de Québec, rencontrons ses habitants, découvrons leurs origines ethniques et leurs coutumes, visitons leurs logements et pouvons apprécier l’évolution générale depuis cette époque.

Nous sommes en 1898, l’ingérence de l’Église dans les affaires politiques est systématique, les loges franc-maçonniques essaient difficilement de modifier cette situation, les compagnies d’électricité, nouvellement créées, veulent obtenir les juteux contrats d’électrification de la Province.

C'est le début du téléphone et de l’automobile, réservés encore à une certaine élite, et les prémisses d’une police urbaine qui s’organise sous la direction du capitaine Franck Pennée.

 

Écrit à la manière des feuilletons de cette époque avec un titre explicatif à chaque chapitre, la lecture est loin d'être désagréable, le style en est précis mais parfois naïf et la documentation excellente.

 

Un certain nombre de personnages qui apparaissent tout au long du récit, ont réellement existés. J’ai déjà mentionné le capitaine de la police, Franck Pennée. Le directeur du Soleil, Ernest Pacaud, l’Archevêque Louis-Antoine Bégin, et les journalistes ou hommes politiques Godfroy Langlois, Honoré Beaugrand et Henri Bourassa ont tous un rôle ou sont mentionnés.

   

Historique et social : je lirais le suivant, espérant que l’expérience amènera une amélioration.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yueyin 26/03/2011 21:22


Le contexte est très attirant c'est vrai :-)))


Le Papou 27/03/2011 05:21



Les polars du XIXème sepasse surtout à Londres et à Paris, se promener à Québec en 1898 est plaisant.



pyrausta 25/03/2011 13:33


j'aime bien Katy Reichs.
et oui j'avais bien compris que tu parlais du Quebec.


pyrausta 25/03/2011 09:55


en fait tu l'as plus apprécié comme un documentaire romancé ou "polardisé " que pour l'intrigue en elle même...
les deux couleurs me plaisent mais les fins heureuses dans les polars me déconcertent un peu car ce n'est pas ce que j'attends forcément.
je crois avoir compris ce qu'est "l'autre bout de la terre"..sourires


Le Papou 25/03/2011 12:32



C'est le premier livre de cet auteur, il en a commis un autre que je vais lire un jour en espérant moins de naïveté après on verra ! J'aimais les histoires de Kathy Reichs mais au début, le style
était plutôt quelconque, depuis il s'est bien amélioré.


Ne penses pas à trop loin, mon bout de terre gelé encore se trouve au Québec. :-)



Allie 24/03/2011 18:09


Je n'ai pas lu celui-là, mais j'y compte bien! On verra ce que j'en penserai... J'espère que le second livre te plaira!


Le Papou 24/03/2011 21:33



J'ai bien aimé l'idée de Québec fin du 19ème.