Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 16:48

Avant tout, chers papousamis, j’ai une question à vous poser :

Peut-on avoir envie d’abandonner un livre à plusieurs reprises et le terminer avec énormément de plaisirs ?

Avant de lire  ‘’meurtre dans un jardin indien’’, ma réponse aurait surement été négative et pourtant ; au bout de 50 pages, j’ai failli abandonner; au bout d’une centaine j’ai failli abandonner; à la moitié du bouquin, qui fait presque 500 pages, j’ai failli abandonner.

Alors, avant d’aller plus loin, j’insiste chers papousam(is) et (ies), n’abandonnez pas !

 

swarup1.jpgJe mentionne rarement le 4ème de couverture mais je ferai une exception cette fois car il a une certaine incidence sur mon article. Non, non, je ne dévoile rien, ce roman est absolument impossible à spoiler.


‘’Play boy millionnaire, l’ignoble Vivek ‘’Vicky’’ Rai est tué lors de sa propre garden-party. Six convives sont suspectés : un bureaucrate possédé par l’esprit de Gandhi ; L’actrice la plus glamour de Bollywood, fan de Nietzsche; un tout petit aborigène très doué pour l’effraction; un gamin des rues, voleur de portables au physique de jeune premier; un Monsieur catastrophe texan sous protection judiciaire; et le must du politicien corrompu, le propre père de la victime.’’

 

C’est clair, on imagine un roman policier à saveur de curry. Erreur, c’est un roman à catastrophes qui se suivent les une après les autres pour chacun des personnages.

Où l’auteur m’emmène-t-il ? Me suis-je demandé, en aparté, à moi-même et tout seul, seul façon que j'ai trouvé pour ne pas être interrompu.

Pourquoi ces catastrophes à répétition tombent-elles sur tous ces personnages ?

 

Il faut que je vous donne une idée plus nette du plan de ce livre, sinon la notion d’abandon serait incompréhensible.


Il commence par un meurtre, ce qui, comme mentionné par le titre, était prévu.

Énorme erreur !

Ce n’est pas le bon meurtre, celui-là, c’est juste les prémices des évènements complètement étrangers les uns aux autres qui vont amener au deuxième assassinat vers la page 400 et des poussières.


L’auteur nous présente, un à un, et surtout les uns après les autres, des personnages avec leurs problèmes, leurs ennuis et ces fameuses catastrophes qui les amènent à envisager un meurtre pour s’en sortir.

Peu d’interférences entre eux mais leurs mésaventures sont tellement glauques qu’on se demande si on est dans du comique à la Marx Brothers ou dans un roman surréaliste à saveur et couleur de Massalé, saveur piquante et couleur sombre.

 

Nous sommes plongés dans l’horreur indienne, celle des bidonvilles crasseux, des mendiants sans foi ni loi, de la prévarication, de la corruption et des magouilles des élites et des politiciens, de la crasse de Bolliwood derrière les paillettes, de l’implantation de la pègre jusqu’au plus haut niveau de l’État; valeur de la vie des pauvres, nulle, valeur de la femme même célèbre, nulle, valeur de la vie humaine, nulle; xénophobie et extrémismes religieux; l’Inde que les touristes ne veulent surtout pas voir dans leur aveuglement de touristes.

 

Et dans ce pays, que l’auteur nous présente pourri jusqu’à la moelle, tous les personnages vont avoir une ou plusieurs raisons de commettre le meurtre annoncé et que nous attendons avec impatience. Celui-ci survient, enfin, pratiquement à la fin du bouquin !

 

Les 50 ou 60 dernières pages sont un petit bijou de coups de théâtre en coups de théâtre, à tel point qu’à part nous et l’auteur, bien sur, nous serons les seuls à savoir ce qui s’est réellement passé, et encore…L’auteur nous réserve une dernière surprise qui remet tout en question.

 

Mais, et c’est la beauté de ce livre, vous ne pourrez comprendre les motivations et les coups de théâtre que si vous allez jusqu’au bout.

 

Ai-je aimé ? ma réponse sera ambigüe ou ne sera pas.

Les 10% que représente la solution explique les premiers 90% et font que finalement on trouve cette histoire superbement présentée et donne cette situation incroyable, on peut aimer tout le livre, seulement, si on lit la fin.

 

Loumina l'a aimé, mais en anglais ici.

 

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou 

 

PS : Vikas Swarup est l'auteur d'un premier roman dont le titre est '' Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint millionnaire'' plus connu par le film qui en a été tiré '' Slumdog millionnaire'', et que je suis un des derniers à ne pas avoir vu.

PPS : On peut se demander si la vision de l'Inde ne serait pas un peu xénophobique.

L'auteur étant un diplomate indien, en poste au Japon, on doit supposer qu'il sait ce dont il parle.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Liliba 24/07/2011 09:17


J'adore ton billet ! Et en effet, on peut aimer et ne pas aimer, vu comme tu l'expliques ! Mais si j'abandonne, je n'ai pas le courage de reprendre ma lecture !
Et tout à fait d'accord avec toi sur les dernières pages, qui sont extras, comme une pièce de théâtre, et récompensent du reste...
Et comment, tu n'as pas vu Slumdog ? Et pas lu La fabuleuse histoire... ??? Erreur ! Livre à lire au plus vite ! On y retrouve la verve de l'auteur, son imagination débordante, plein de "photos" de
l'Inde également, avec en plus des passages très drôles, j'avais adoré ce roman ! Et le film est absolument à voir ensuite ! Assez indépendant du livre, mais vraiment bien !


Le Papou 24/07/2011 13:46



Je note tout ça, merci !


 


 



Mélo 24/03/2011 22:14


Ce n'est pas la misère qui m'a dérangée dans le film, je l'ai trouvé mauvais tout simplement et pas à la hauteur du livre. Vraiment un mauvais film, c'est tout.


Le Papou 25/03/2011 00:04



Je n'ai pas vu le film qui ne devait pas être facile à faire étant donné la manière dont le livre a été écrit.



yueyin 24/02/2011 21:17


hummmmm je ne sais pas, j'abandonne facilement en général :-)))


Le Papou 24/02/2011 21:34



Non pas celui-là, et puis tu devrais apprécier la description de l'Inde qu'en fait l'auteur et puis comme m'a dit ''Pyrausta'', à la blague, (C'est qui ça ?) on n'a qu'à lire les derniers 10%


sauf que les 90% du début expliquent la fin et non comme dans la plupart des romans policiers l'inverse


 


 


 



Joelle 24/02/2011 11:08


J'avais adoré son premier roman (lu bien avant la sortie du film) et j'ai noté celui-ci car j'aime bien la façon dont cet auteur raconte une histoire ! Je ne suis pas encore tombée dessus à la
biblio, ce qui signifie qu'il est donc souvent emprunté ;)


Le Papou 24/02/2011 20:45



N'oublie pas, il ne faut pas l'abandonner même si....pour paraphraser un proverbe la fin justifie la lecture



Mélo 23/02/2011 22:59


J'ai adoré ce titre mais c'est vrai qu'il paraît long par moment mais je l'ai dégusté.
J'ai lu aussi 'les aventures d'un indien....' qui fut un coup de coeur. Swarup est un auteur surprenant et oui, on peut se dire qu'il sait de quoi il parle.
En revanche, le film, pouah, quelle horreur, j'ai détesté comparé au roman et la musique... Repouah !


Le Papou 24/02/2011 20:54



C'est souvents plus difficile de voir la misère que de l'imaginer.


Mélo, bienvenu(e) sur ce blog