Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 15:22
coben1.jpg

Je choisis mes lectures parce que j’aime l’auteur, parfois par le titre, souvent par le résumé.

Celui-ci le fut par le résumé car je ne connaissais absolument pas Harlan  Coben.

David Beck et sa femme Elizabeth, mariés depuis peu, se fréquentent depuis l’âge de sept ans. Chaque année, ils retournent sur une propriété de la famille faire une nouvelle marque sur l’arbre qui a protégé leur premier baiser alors qu’ils avaient 15 ans.

Cette année-là, va se dérouler un drame dont David Beck ne pourra jamais se consoler. Il est assommé par un coup sur la tête et sa femme est enlevée et massacrée par un tueur en série.

Huit ans plus tard, devenu docteur et s’occupant surtout des enfants et des déshérités, Beck vit dans le souvenir de son grand amour, entre son grand-père, atteint d’Alzheimer, sa chienne Chloe, et le couple que forme son amie Shauna et sa sœur Linda.

Plusieurs incidents vont changer cette vie sans plaisirs.

On retrouve dans la même propriété deux corps d’hommes, assassinés semble-t-il à la même époque que sa femme, avec dans leur tombe, une batte de baseball avec le sang de David dessus.

Le shérif puis le FBI recommence à croire que David pourrait être impliqué dans la mort de sa femme.

Un message secret, sur son ordinateur, lui demande de se rendre sur un site à l’heure du baiser (?). Il comprend, qu’il s’agit de la date anniversaire et de l’heure du premier baiser échangé avec Elizabeth et à l’heure dite, sa femme apparaît, le regarde longuement et il peut lire sur ses lèvres le mot « pardon ».

Comment sa femme morte peut-elle lui demander pardon huit ans plus tard ?

Qui sont ces personnes qui le surveillent, autant chez lui, que sur son ordinateur et pourquoi ?

Il commence à contacter un certain nombre de personnes qui soit connaissait sa femme, soit avait participé à la découverte et à l’autopsie du corps.

La meilleure amie de d’Elizabeth est assassinée après sa visite et le pistolet utilisé est retrouvé chez lui par le FBI.

Obligé de s’enfuir pour retrouver la personne qui lui envoie ces messages sur l’ordinateur, il assomme un policier. Objet, alors, d’une chasse à l’homme, il  est aidé par un trafiquant de drogues, qui lui doit la survie de son fils.

On comprend bientôt que sa femme est bien en vie mais que s’est il passé huit ans plus tôt ?

Pourquoi s’est-elle enfuie en l’abandonnant, lui faisant croire à sa mort ?

Qui sont les personnes qui veulent tuer son épouse ?

Quel est le lien avec l'assassinat du fils d'un milliardaire ?


Beaucoup de questions, beaucoup de réponses et beaucoup de solutions qui vont disparaître au fur et à mesure pour n’en laisser qu’une seule, surprenante.

 

"Ne le dis à personne..." est un bon "thriller" avec une écriture facile. Un de ces livres que l'on ne peut pas lâcher jusqu'à la solution finale

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ALaure 12/02/2010 20:48


Je ne suis pas vraiment fan de thriller, mais celui-là, j'ai beaucoup aimé. Je l'ai lu en deux jours, râlant à chaque fois que je devais l'abandonner quelques minutes !!!
Je viens d'acheter le film, mais je ne l'ai pas encore regardé : j'ai peur d'être déçue !!!
Si madame Yue Yin est sage, très très sage même, peut-être que je lui passerai!!!
Si vous passez par Toulouse Monsieur Papou, je me ferai un plaisir de vous le prêter.
Bisouxxx à vous et à Madame.


yueyin 09/02/2010 15:54


Il y a eu un film non ?


Papou 09/02/2010 20:09


En effet mme Yue YIn , en cherchant une photo du bouquin je suis tombé sur un film FRANCAIS de 2006 tourné par Jérome Canet
David s'appelle Alex et Elizabeth, Margot.
Pas assez de succès pour arriver jusqu'à Montréal