Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 20:28

  Une suggestion du club de lectures de Montréal.


De la gêne, de la colère et des larmes.

Voilà, je viens de finir ce roman (?), cette biographie (?) avec cette phrase atroce : Je voulais mourir vivante.

Dès les premières pages, j’ai failli refermer le livre, je n’avais pas envie de me mettre le moral à zéro et ça commençait mal.

 

Est-ce une bio ? Est-ce un roman ? Est-ce une bio romancée ? 

 

DeVigan1.jpg

 

 

Lucille (photo), sa mère, vient de mourir.

 

 

 

 

Une certaine gêne : Entre chaque chapitre, l’auteure nous parle de ses sentiments, de ses réticences de sa peur d’être incomprise ou mal-perçue, d’avoir l’impression qu’elle fouille dans les poubelles de sa famille, qu’elle regarde par les trous de serrure.

Elle est mal-à-l’aise, je la rassure*, moi aussi. Ce malaise d’être un voyeur ne m’a jamais quitté.

*Si je puis dire.

 

Une profonde colère : Qu’elle ait eu envie d’écrire cette descente aux enfers familiale pour se soigner psychologiquement, pourquoi pas ? Il me semble que c’est recommandé dans certains cas.*

Mais qu’elle est senti le besoin d’étaler au grand jour les bibittes de sa mère, les maniaqueries de ses grands parents, les suicides de ses oncles, m’a laissé un goût amer. Fallait-il vraiment que la terre entière le sache ?

*En fait, j’en sais rien, je ne suis pas psy


J’ai très rapidement trouvé une des raisons possibles de la folie de Lucille. Je n’ai pas compris les réticences de Delphine de Vigan pour l'écrire, puis la dénoncer puis y revenir de nouveau. Est-ce la vérité ? Ou non ? En tous cas, cela peut expliquer la descente aux enfers de sa mère.

Et si on fouille dans les poubelles, ça ne sert à rien de prendre des pincettes et de se boucher le nez.

 

Et des larmes : Oui, j’ai pleuré* en lisant les derniers chapitres. Le suicide d’un être cher fait du mal à ceux qui restent, qui essaient de comprendre et ne comprendront jamais, qui auront des regrets et regratteront pour toujours.

*C'est ça, les vieux, quand on leur parle de la mort.


En cours de lecture, j’ai refermé le livre et j’ai repensé à elle.

Mais non pas à la maman de Delphine, à la mienne qui nous a quittés il n'y a encore peu. Qu’en reste-t-il ? A-t-elle trouvé au loin ce qu’elle recherchait vers la fin ? Les vies de ses deux mères n’ont rien de comparables, mais si la belle écriture de Delphine de Vigan vous fait réfléchir à celle qui vous a donné le jour, alors peut-être que cela en vaut la peine.

 

Les billets de Sylvie, et Liliba ,

 

PS : La photo de couverture est celle de Lucille. Qu’elle était belle ! Quelle était belle aussi, ma Maman !

 

''Rien ne s'oppose à la nuit'' de Delphine de Vigan , 2012, JC Lattes. Grand prix des lectrices de Elle 2012

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime

par Le Papou 

 

Le bémol du Papou : Le premier livre que j’ai aimé autant que détesté.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lystig 03/11/2012 23:23

lu et bien aimé !

Le Papou 04/11/2012 03:30



Décidément ! Je reconnais que je suis en minorité. Le prochain devrait te plaire i.e. on devrait aimer tous les deux.



Yv 31/10/2012 13:59

Ce que j'ai bien aimé au-delà de l'histoire de Lucille, ce sont les doutes émis par D de Vigan sur sa légitimité à écrire sur sa mère, sur la perception qu'auront les autres membres de la famille
de sa version, qui est forcément subjective.

Le Papou 31/10/2012 14:59



Ce qui m'a dérangé ce n'est pas qu'elle fasse part de ses doutes, c'était légitime. C'est qu'elle le fasse quand même.



GeishaNellie 29/10/2012 17:52

Je l'ai téléchargé celui là, car tout le monde semblait l'avoir beaucoup aimé, mais tu me troubles un peu. Quoique, de toute façon, je ne le lirai pas avant un bon bout, j'essaiera de me trouver un
moment oè mes humeurs colleront bien avec le thème très sombre.
Quoi ? Comment ? un club de lecture à Mtl !? Mais j'en ai jamais trouvé !

Le Papou 29/10/2012 18:54



Il y en a plein qui ont aimé, et Dulcinée est train de l'adorer. Je ne suis qu'un homme !


Pour le club, on a eu seulement 4 réunions, en général dans Montréal tous les 2 ou 3 mois, le dernier il y a 2 semaines, le prochain en décembre ou janvier.


Si tu es intéressée envoie un email à Kikine  de la part du Papou: carine.abrantes@gmail.com



Sharon 28/10/2012 16:11

Je l'ai lu il y a près d'un an, je l'ai beaucoup aimé, c'est un livre que j'ai recommandé à ma meilleure amie, elle et sa compagne l'ont beaucoup aimé.
Maintenant... j'ai le moral en berne depuis huit jours, je me noie depuis hier sous les lectures intensives, ce ne serait pas le moment que je lise un Delphine de Vigan.

Le Papou 29/10/2012 00:07



Allez Sharon, on se trouve un roman doudou ou deux et on se remonte le moral si possible.


Bises



kikine 26/10/2012 23:54

J'en parle quelque part la semaine prochaine (je crois).
Toujours un plaisir de te lire même si je savais déjà tout ce que tu as écrit (c'est chouette de pouvoir en parler de vive voix ! ;) )

Le Papou 27/10/2012 04:24



J'attends ton billet avec impatience, mais, bon, t'affole pas et profite de tes congés et d'Alissia.