Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 18:11

 

KREICHS5.jpg

 

« Pour  Tempe, la disparition de son amie Évangéline Landry, petite acadienne venur vivre à Charlotte, a toujours été mystérieuse. Trente plus tard, Tempe se demande si le squelette qu’elle s’apprête à analyser appartient à son amie… ».

 

Temperance Brennan nous conte une partie de son enfance dans les régions de Chicago et de Charlotte. Ses joies et surtout ses peines, la mort de son petit frère qui a provoqué une cassure entre ses parents, la tristesse infinie de sa mère et l’alcoolisme qui a causé la mort de son père.

 

Déménagée en Caroline, chez sa grand-mère maternelle, elle passe ses vacances à Pawleys Island où elle devient l'amie d'Évangéline, une jeune acadienne un peu plus âgée qu’elle. Les quatre filles, Évangéline, Temperance et leurs sœurs respectives Obéline et Harriet (Harry) vont passer quelques vacances d’été ensemble et puis les deux acadiennes disparaissent et Temperance n’a jamais su pourquoi leur famille refusaient d’en parler.


Plus de trente ans plus tard, elle est confrontée, à Montréel, à la mort de 3 jeunes filles et à la disparition de 3 autres. En même temps, un policier lui fait parvenir les ossements d’une jeune fille qui semble originaire de l’Acadie. Tout cela lui rappelle le souvenir de la disparition brutale d’Évangéline.

Tout doucement l’écheveau de l’énigme va se dérouler, mêlant pornographie infantile, enfance maltraitée, industrie du sexe et prostitution, avec une petite histoire de l’Acadie, entre Tracadie et l’île aux Becs-scies.


J’ai eu la nette impression d’une amélioration dans l’écriture par rapport aux romans précédents.

 

Je ne connais pas du tout la vie de Kathy Reichs mais les premiers chapitres, contant l’enfance de son héroïne m’ont paru si intenses et si vrais, que je me suis demandé si l’auteur n’en avait pas vécu une partie, particulièrement le décès du frère, la détérioration des relations parentales et la vie auprès de la grand-mère maternelle après la mort accidentelle du père. 


Ces premiers chapitres, développés, pourraient faire l’objet d’un roman à part entière entre Chicago, froide comme le malheur, et les deux Carolines (Nord et Sud), chaleureuses comme un bonheur en partie retrouvé.


La suite est un polar intéressant, avec un dénouement qui surprendra le lecteur.


Le meilleur Kathy Reichs parmi ceux que j’ai lu jusque là.

 

 

* médiocre ** bon *** très bon **** coup de coeur

par Le Papou


Partager cet article

Repost 0

commentaires

yueyin 02/07/2010 23:46


mmmm si c'est le meilleur, je pourrais peut être me lancer mais le sujet me rebute un pue (j'ai un petit coeur tout mou quand il s'agit d'enfants...)


Le Papou 03/07/2010 00:34



Non non celui-là tu peux



Le Papou 01/07/2010 21:25


Votre papa aurait-il, comme moi, des origines grecques.
C'est ainsi que j'appelais mon grand-père maternel et il m'a paru essentiel que mes petits enfants continuent la tradition.
Biz JP


crazyprof 01/07/2010 17:52


J'adore cet auteure d'habitude mais je suis assez d'accord avec vous pour celui-ci. J'aime aussi votre pseudo qui est aussi le surnom que ses petites filles donnent à mon papa, leur grand-père.
Biz V.