Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:53

 

ConstantineDans un lieu indéterminé mais près de la campagne, vivent un certain nombre de personnages, un enfant, sa mère, une vieille dame, un père qui ne sait pas qu’il l’est, père, et un couple franco-anglais bizarre et gentil. Il y a aussi deux chats et un chien. Le chat à trois pattes, celui du couple, fait peur mais est aussi gentil que ses maîtres, l’autre est très vieux et le chien itou*, ils vivent évidemment avec la très très vieille dame.


L’enfant, Tom, 12 ans et sa mère Joss, restée très juvénile  - elle l’a eu à 13 ans-, vivent dans une caravane un peu mitée.

Ils survivent grâce aux petits boulots qu’elle trouve et au chapardage de légumes que Tom effectue dans les jardins des voisins.

 

Joss aime beaucoup les hommes mais n’aime pas que sa forte et jolie poitrine soit la seule chose qui les intéresse. Ellet rêve d’une opération pour la réduire.

Cela existe-t-il vraiment dans ce monde où beaucoup de demoiselles souhaiteraient des ogives dures et immobiles? Le doute me prend.**

Elle essaie de reprendre ses études et son fils l'aide à faire ses devoirs. 


Un certain nombre de rencontres vont modifier la vie de l’enfant: la vieille dame et ses animaux, un conducteur de corbillard et le couple bizarre.


Dans un style d’écriture simple, parfois un peu simpliste*** et sans avoir l’air d’y toucher, l’auteure aborde plusieurs sujets graves :

 

la grossesse des très jeunes filles et leurs conséquences, précarité et misère, la solitude de la vieillesse, l’entraide, la beauté extérieure et ses dérives sexuelles à ne pas confondre avec la beauté intérieure qui elle, n’en a pas.


En parlant d'entraide, j’ai, comme tout le monde, été abasourdi et écœuré par ce qui est survenu en Chine à une petite fille de deux ans: l’indifférence est pire que la brutalité et la violence.


Sans l’aide de Tom, la vieille dame serait morte dans la solitude et ses vieux compagnons itou.*

 

 

J’ai beaucoup aimé cette troisième œuvre de Barbara Constantine et je me suis promis de lire les deux autres assez rapidement.

 

Après Laurent Gaudé et Luis Sepulveda, c'est la troisième auteur en peu de temps qui croit en l'humanité. À force de taper sur ce clou, il va peut-être s'enfoncer dans mon crane têtu.

 

Cathulu l’a moins aimé que les deux premiers, ce qui me conforte dans mon idée.

 

*     Pour faire plaisir à Pyrausta (2 fois)

**   Ne me lancez pas des tomates ! C’est du deuxième degré.

***  Ceci dit, j'aimerai bien avoir son talent, .

 

 

 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime  

par Le Papou 

 

PS: La couverture d'un joli vert ''Granny Smith'' avec son plant de tomates est magnifique.

PPS: Après la disparition de ma première chronique, disparition encore inexpliquée, j'avoue être moins content de celle-ci, mais tant pis.

 

 

Le bémol du Papou: Tout le monde, il est beau, tout le monde, il est trop gentil.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 07/11/2011 15:59


je l'ai acheté, suite aux nombreux billets positifs sur la blogo !


Le Papou 07/11/2011 16:37



Tout dépend de nos goûts, bien sur, mais je mets rarement 4*, et j'en connais qui n'ont pas été emballé.



Joelle 26/10/2011 08:51


Elle est quand même très bien, ta nouvelle chronique :) Et j'ai un autre titre de cette auteure dans ma PAL ... mais j'avais hésité entre le titre que j'ai acheté et celui-ci donc je compte bien le
lire aussi !


Le Papou 26/10/2011 14:11



Merci Joelle ! Mais dans mon souvenir, l'autre était meilleur, enfin...je crois.


Si je peux me permettre commence par celui que tu as déjà, des fois que...ça évitera d'acheter l'autre. Mais je ne crois pas.


À bientôt