Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 15:43

Perry3.jpg

 

Monk est devenu chef de la police fluviale de Londres. Il patrouille avec le sergent Orme lorsque des cris les attirent sur un pont où une femme vient d’être découverte, éventrée.

 

Aucun témoin, les informations sont aussi tenus qu’un brin de laine mais en tirant doucement dessus, Monk va s’apercevoir que cet assassinat sanglant a été précédé, deux mois plus tôt, du suicide suspect du Docteur Lambourn, le protecteur de cette femme.

 

Ce médecin était chargé par le gouvernement de faire une étude sur les produits à base d’opium que l’on trouve dans n’importe quel commerce. Son rapport a été rejeté pour cause d’impartialité et il se serait suicidé en se tailladant les veines, dans un parc au petit matin, après avoir absorbé une forte dose de drogue. 

 

Dans cette seconde moitié du 19ème, aucun règlement n’existe sur les produits pharmaceutiques dont la nature, la préparation et la finalité sont loin d’être sérieuses et efficaces.

L’opium est le seul produit connu pour soulager la douleur. Mélangé à tout et n’importe quoi, il occasionne une mortalité importante surtout chez les enfants.

Certaines grandes familles, proches du gouvernement, dont la richesse émane des importations de cet opiacé, envisagent d’un mauvais œil toute ingérence dans leur juteux trafic.

 

De là à penser comme Mrs Lambourn que son mari a été assassiné il y a un pas que Monk  n’est pas près à franchir et il l’arrête pour l’assassinat de la prétendue maitresse de son mari.

 

Toutefois, après une tentative d’assassinat sur sa personne et des informations contradictoires sur le rapport disparu du médecin, Monk se pose des questions et acquiesçant au désir de la suspecte, demande à Sir Oliver Rathbone de la défendre.

 

Le roman se déroule en grand partie durant le procès.

Sir Oliver sent bien qu’il n’aurait pas du accepter cette défense pratiquement perdue d’avance et retarde au maximum l’inéluctable condamnation, espérant que Monk ou son épouse Esther trouveront de nouveaux éléments sur le suicide de Docteur et l’assassinat de sa protégée. Il comprend aussi que le juge et le procureur subissent de fortes pressions politiques pour que le problème de la drogue ne soit pas abordé pendant le procès.

 

Oliver Rathbone n’aura d’autres choix que d’utiliser une arme déloyale pour obtenir du juge un peu d’impartialité.

 

Comme la majorité des romans d’Anne Perry celle lecture fut un plaisir. Je repensais à toutes ces vieilles publicités qui annonçaient des guérisons sensationnelles grâce à un produit miracle. Ainsi, après la découverte du radium par Marie Curie, en 1898, on pouvait trouver des crèmes rajeunissantes, de la poudre de riz, du dentifrice, des sels de bains et même des cigarettes et des sodas dits atomiques pouvant contenir ce métal très radioactif*, et ce n’est qu’en 1937 que son utilisation fut interdire pour des usages autres que médical.

*J'ai des doutes vu le prix du gramme.**

** La fausse publicité n'est pas une invention nouvelle. 

 

PS : Ce sont les anglais qui ont apporté l’opium aux chinois et ont provoqué deux guerres pour leur imposer des échanges commerciaux dont l’opium était la contrepartie de tous leurs achats. Qui a prétendu que les anglais étaient fair-play ?


Une mer sans soleil, d'Anne Perry, Poche 10/18, 525 pages, 2012, Roman policier.

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime


Le bémol du Papou : Combien de condamnations et de pendaisons d'innocents ? On doit se poser la question, étant donné le peu de moyens de la police et les pressions exercées sur la Justice.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 26/12/2012 18:46

Un auteur que j'aime bien lire, même si quelques temps plus tard, je ne me souviens pas particulièrement de l'intrigue du roman.

Le Papou 26/12/2012 21:01



Bonjour Alex,


J'espère que Papa Noël a été généreux pour toi.


Il y a des livres pour le plaisir de lire et d'autres pour réfléchir.


 



Oncle Paul 24/12/2012 18:09

Bonjour Papou
Je suis déçu ! je pensais que tu allais nous offrir une chronique sur Le Noël d'Hercule Poirot !
Joyeux Noël

Le Papou 24/12/2012 19:07



Malheureux le Papou il est, décevoir Tonton la veille de Noël 2012.


Joyeux Noël aussi, d'autant que tu as dû déjà attaquer les bulles.