Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 15:21

Nous quittons notre gîte avec l'impression d'y laisser de nouveaux amis.

Les ours, qui ont du apprendre notre départ par télépathie, nous font la gueule et ne sont pas venus pour nous saluer depuis le champs d'en face.

 

Nous en apercevons un, quelques centaines de mètres plus loin, près d'un bois, qui voulait, peut-être, nous faire comprendre qu'il n'était pas trop fâché.

 

Nous roulons vers le nord, en d'autres termes, nous revenons sur nos pas et essayons de trouver une route, un chemin, un sentier même qui longerait, peu ou prou, la rive du fjord, peine perdue. Finalement, nous confions notre itinéraire à Madame GPS, qui doit bien ricaner dans sa barbe de machine diabolique et qui égalise le score ;

GPS : 2,  conducteur : 2.

 

Nous souhaitons traverser les anciennes villes devenues après leur fusion des quartiers de Saguenay ; Chicoutimi pour sa petite maison blanche, La Baie pour K..., et Jonquière, sans aucune raison particulière.

 

À Ville de La Baie, presque le bout du fjord, lequel se trouverait un peu plus loin à Saint-Fulgence, nous décidons de faire une promenade tranquille et reposante, le long de la plage, sur un parcours aménagé et fleuri. Un peu plus loin, accoté au quai nous apercevons un jolie petit navire avec des passagers ou des visiteurs. À notre approche, un sympathique officier de la GRC* nous invite à monter à bord pour admirer le dernier fleuron de la flotte garde-côtière. L'objectif de cette unité, composée de soldats et de policiers est de surveiller le Saint Laurent depuis Kingston en Ontario jusqu'à son embouchure, soit sur près de 3000 km.

*Gendarmerie Royale du Canada

 

À Chicoutimi, nous nous arrêtons près de la fameuse petite maison blanche, seule survivante de la catastrophe de 1996* où tout un quartier, rues et commerces, a été emporté par un l'effondrement des digues d'un barrage.

*Le déluge du Saguenay

L'image de cette petite maison recrachant l'eau par toutes ses ouvertures et refusant de se laisser emporter a profondément marqué notre conscience historique.

 

Un peu déçu par le village de Sainte Rose du Nord, annoncé comme un joyau au milieu des bois, nous nous consolons avec une superbe glace molle fourrée à l'érable.*

*La mémoire peut nous jouer des tours mais la glace molle, c'est maintenant.

 

De Sainte Rose du Nord jusqu'au village de Sacré Cœur, notre prochaine étape, aucun village, aucun hameau sur les 70 km qui les séparent.

 

Le chalet que nous avons loué est situé sur le bord du Saguenay. On y accède par un semblant de sentier pentu, tortueux, et mal empierré heureusement la maison est très confortable et la vue sur le fjord est magnifique..

 Vue à marée haute

 

 Vue à marée basse

 

 

Demain peut-être : Tadoussac

Partager cet article

Repost 0

commentaires