Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 03:56

Ça Commence Comme Ça !

 

 

 

 

"Mma Ramotswe, fille du défunt Obed Ramotswe de Mochudi, près de Gaborone, Botswana, Afrique, était la fiancée officielle de Mr. J.L.B. Matekoni, fils du défunt Pumphamilitse Maketoni de Tlokweng, d'abord paysan puis gardien en chef des locaux de la Direction des chemins de fer."

 

Vague à l'âme au Bostwana d'Alexander McCall Smith

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 17:00

Ça Commence Comme Ça !

 

 

 

L'incipit du jour

 

"On se dit qu'il aurait pu se décider avant et qu'il aurait dû au moins avoir le courage de prévenir son entourage de sa décision. Mais Allan Karlsson n'avait été du genre à réfléchir longtemps avant d'agir."

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 16:03

Ça Commence Comme Ça !

 

 

L'incipit du jour

 

"Le brouillard obscurcit la route, on dirait une épaisse fumée qui s'échappe de nulle part. Bientôt, il fera nuit noire. Et cette brume glaciale qui ne cesse de tomber ! Amédée Papineau a peur, il a faim, il grelotte."

 

La saga des Papineau de Micheline Lachance

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 18:04

Devinez dans quel roman d'Agatha Christie :

 

Ça Commence Comme Ça !

"-Linet Ridgeway !

-C'est elle ! Annonça Mr Burnaby, propriétaire de l'hôtel des Trois Couronnes.

Il poussa du coude son compagnon. Les deux hommes, bouche bée, ouvrirent de grands yeux ronds, à l'expression bucolique.

Une énorme Rolls-Royce écarlate venait de s'arrêter devant le bureau de poste de la petite ville.

une jeune fille en descendit prestement."

 

 

 

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 17:06

Ça Commence Comme Ça !

 

"Vu du ciel avec un regard d'oiseau - et, justement, un vautour descendait en spirale - il était impossible de dire si l'homme nu qui gisait sur le sol était vivant ou mort. L'homme, lui-même, n'en savait rien et le rapace, en atteignant le sol, s'approcha en boitillant de travers, hésitant, lançant un coup d'oeil oblique vers les ronces qui encombraient le ravi, craignant peut-être l'arrivée des coyotes."

 

Légendes d'automne  de Jim Harrison

 

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 19:40

Ça (ne) Commence (pas) Comme Ça !

 

"Dix petits nègres s'en furent dîner.
L'un d'eux but à s'en étrangler
-n'en resta plus que neuf.

Neuf petits nègres se couchèrent à minuit,
L'un d'eux à jamais s'endormit
-n'en resta plus que huit.

Huit petits nègres dans le Devon étaient allés,
L'un d'eux voulut y demeurer
-n'en resta plus que sept.

Sept petits nègres fendirent du petit bois,
En deux l'un se coupa ma foi
-n'en resta plus que six.

Six petits nègres rêvassaient au rucher,
Une abeille l'un d'eux a piqué
-n'en resta plus que cinq.

Cinq petits nègres étaient avocats à la cour,
L'un d'eux finit en haute cour
-n'en resta plus que quatre.

Quatre petits nègres se baignèrent au matin,
Poisson d'avril goba l'un
-n'en resta plus que trois.

Trois petits nègres s'en allèrent au zoo,
Un ours de l'un fit la peau
-n'en resta plus que deux.

Deux petits nègres se dorèrent au soleil,
L'un d'eux devint vermeil
-n'en resta plus qu'un.

Un petit nègre se retrouva tout esseulé,
Se pendre il s'en est allé
-n'en resta plus... du tout."

 

Si vous ne connaissez pas cette comptine, ce qui serait étonnant, il vous faudra attendre mon billet.

 

 

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 03:54

Ça Commence Comme Ça !

 

 

"La dernière fois que j'avais déjeuné au Water Grill, j'étais assis en face d'un client qui avait froidement abattu sa femme et son amant à coups de pistolet dans la figue, son crime était prémédité."

 

Volte-face  de Michael Connelly

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:53

Ça Commence Comme Ça !

 

"Vadim Herzog consacra le premier quart de sa vie à la quête du bonheur. Il dériva lentement, se maria et connut la paternité. Elle fut aussi brève que son mariage. La drogue lui arracha Jasmine, son unique enfant. Elle venait d'avoir quinze ans."

 

Soleil noir de Paul Ohl

 

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:43

Pour vous donner envie

de lire

"un autre monde"

de

Barbara Kingsolver

 

(nous sommes à Washington en 1932 ou 1933)

" - Que veulent ces gens ?... Mais pourquoi si nombreux ? Et tous les drapeaux ?

- Ce sont des vétérans de guerre. C'est du moins ce qu'ils disent, parce que les vétérans ont droit à une indemnité de soldat. Ils réclament leur indemnité...

- Ils ne peuvent pas avoir leur argent maintenant, s'ils ont combattu pendant la guerre ?

Le congrès a rejeté leur demande, il a décidé de régler l'indemnité plus tard, quand les hommes seront vieux."

page 124/125

 

"Se peut-il qu'il existe dans tout le Mexique une maison aussi laide ? Functionalismo, une construction aussi laide qu'une haie de fumier. Sauf que la haie ici est ce qu'il y a de plus beau : une rangée de cactus chandelier entoure la cour, plantés si serrés qu'on ne voit au travers que des fentes de lumière."

page 146

 

"Senor Rivera, vous défendez le peuple, n'importe qui est capable de voir en quoi c'est bien. Mais les leaders sont tous les mêmes, quoi qu'ils promettent. Au bout du compte ils abandonneront les pauvres à leur triste sort."

page 179

 

"-Mais les journeaux ont un devoir de vérité...

-Ils ne disent la vérité que de manière exceptionnelle. Zola a écrit que le caractère mensonger de la presse pouvait être divisé en deux groupes : la presse jaune ment à tout propos sans la moindre hésitation. mais les autres, comme le Times, disent la vérité dans toutes les circonstances sans importance, de manière à pouvoir abuser les gens avec l'autorité requise quand cela devient nécessaire."

page195

 

"Ce matin une chatte blanche est apparue ici sur les marches du perron de derrière... Le vent s'enfonçait dans le manteau broussailleux de l'animal, tels des doigts cherchant à le déboutonner et à le retirer."

page 335

 

"Les journalistes se jettent sur la moindre information, aussi dérisoire soit-elle... (ils) mènent les politiciens comme des ours en laisse... La radio est la source du mal...Le commentateur doit parler sans prendre le temps de réfléchir... Les parleurs sont en position de dominer les penseurs."

page 395

 

"L'autoroute de montagne est un étrange passage : de la ville aux vastes étendues sauvages, des centaines de miles de forêt et de vallées sans la moindre habitation. De temps à autre, un champ de pommiers avec sa clôture en zigzag, comme un morceau de calicot vert coupé au ciseau à denteler. Rouler le long des crêtes c'est comme être un oiseau en vol, les pentes dégringolent depuis les bords de la route et la vue s'ouvre sur des horizons brumeux et chiffonnés. Un patchwork de feuilles, auburn, jade et or, ornait les versants des montagnes. "La main de Dieu prodigue la beauté à la longue épreuve de l'hiver", cita Mrs. Brown. Mais on aurait plutôt dit que Dieu avait refilé le bouleau à un muraliste mexicain."

page 406

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 18:35

Ça Commence Comme Ça !

 

" Au commencement étaient les hurleurs. Ils démarraient toujours leur tapage dès la première heure de l'aube, juste au moment où l'ourlet du ciel commence à blanchir. un seul d'entre eux donnait le signal du départ : un gémissement cadencé, forcé, régulier comme une lame de scie....

Le garçon et sa mère croyaient que c'étaient des diables aux yeux en soucoupes qui criaient dans ces arbres, qu'ils se disputaient le droit territorial de consommer de la chair humaine."

 

Un autre monde de Barbara Kingsolver

Repost 0
Published by Le Papou - dans Citations
commenter cet article