Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Hibou et le Papou
  • Le Hibou et le Papou
  • : les C.D.G. du HibouLes Voyages du PapouLes Commentaires du Hibou et du PapouQu'est ce qu'on mange ?
  • Contact

Recherche

Texte Libre

Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu’en fait un lecteur à un autre.

Henry Miller

Archives

Nouvautés dans ma PAL

Le dernier homme de Margaret Atwood

20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 01:23

coeur 116

Les impression sur nos lectures passées sont parfois surprenantes voire inexactes et j'ai choisi ce nouveau roman d'Olafsdottir pour de bonnes et de mauvaises raisons*.

*Je ne suis pas tout-à-fait parfait.

a- Il était offert à ma bibliothèque, croyez-moi, c’est assez exceptionnel. Je vous en parlerai, peut-être une autre fois.

b- J’avais l’impression, à tort, que de nombreuses lectrices ne l’avaient pas aimé et je voulais savoir pourquoi.

c- Les souvenirs que m’avait laissés son précédent roman,''Rosa Candida'', étaient positifs. C'était inexact, mais pas complètement.*

*Comprenne qui peut, moi, je n'y arrive plus.

Après avoir terminé celui-ci, qui, autant l’écrire tout de suite, fut un coup de cœur*, j’ai relu mon billet sur le précédent. J’avais aimé l’écriture, le style, la poésie de Rosa Candida, mais l’histoire m’avait paru bien légère.

J’écrivais :  

''Ce fut une agréable lecture, seulement j’ai du raté quelque chose et je ne sais pas quoi! ''

Avais-je vraiment raté quelque chose ?

*Encore un ! Décembre fut coronairement prolifique.

 

Ce sont des livres aux histoires globalement similaires pour ne pas dire identiques ; Un voyage, un enfant, une quête. Mais Audur Olafsdottir offre une écriture et un style que j’adore, avec de la précision dans l’imprécision, un brin de folie dans la sagesse et une touche d’humour dans la détresse.

 

Alors pourquoi ces réactions différentes ?

Autant le premier ressemblait à un conte de fées dans un monde sans aspérité, autant ‘’L’embellie’’ se passe dans le monde réel. Un monde gris et noir, sur les terres désertiques et basaltiques de l’Islande pendant un mois de novembre anormalement pluvieux.

 

Olafsdottir2.jpgL’héroïne est aussi la narratrice. Jeune femme aux yeux verts que je suppose assez jolie, grande et fine mais sans volonté propre, incapable de dire non que ce soit à un homme, une amie ou un enfant.

Parce que sa femme ne veut pas d'enfant et qu'il a l'impression de vivre avec un être loin de la réalité, son mari a décidé de la quitter. Sa seule amie, Audur, mère célibataire, enceinte de jumeaux qui doit être hospitalisée lui demande de s'occuper de Tumi, son fils de cinq ans, sourd et handicapé visuel.

 

‘’C’est à ce moment précis que m’effleure pour la première fois l’idée que je suis une femme au milieu d’un motif finement tissé d’émotions et de temps, que bien des choses qui se produisent simultanément ont de l’importance pour ma vie, que les évènements n’interviennent pas les uns après les autres, mais sur plusieurs plans simultanés de pensées, de rêves et de sentiments qu’il y a un instant au cœur de l’instant.’’

 

Grâce à un gain important à la loterie, Ils vont prendre la route vers le village où vivait sa grand-mère pour s'installer dans un chalet tout neuf. 

 

Elle nous donne la justification de cette quête vers son passé: ‘’Ce qui compte le plus, c’est de ne pas regarder en arrière, de ne dormir qu’une fois dans chaque lit et de n’utiliser le rétroviseur que par obligation technique et non pour me mirer dedans. Alors, quand je reviendrai, je serai une personne nouvelle, changée…’’

 

Ce ‘’road movie’’ de cette femme et d’un jeune enfant étranger aurait pu être aussi léger que celui du jeune homme de Rosa Candida, mais d’autres personnages rendent cette aventure beaucoup plus forte et plus réelle ; les paysages islandais, sauvages et dangereux, et la pluie incessante d’un automne tardif.

 

Celles qui ont aimé : Cathulu, Canel, Clara, De Page en page, À propos de livres et Céleste.

Celles qui ont moins aimé : Papillon, Sharon, Liliba, Sandrine, Sylvie.


PS : Comme chez de nombreuses populations pauvres, l’entraide en Islande parait aller de soi.

 

L'embellie de Audur Ava Olafsdottir, Zulma, 416 pages, 2012, Roman 

*ouais ** bon *** très bon **** j'aime


Le bémol du Papou : Pourquoi ‘’L’embellie’’ pour traduire le titres islandais ‘’Rigning i’ november*’’ ?

*Sans connaitre un seul mot d’Islandais, mais ça doit mentionner la pluie et novembre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yueyin 04/01/2013 14:29

Ah je le veux, j'avais les même réserve pour le premier alors si c'est corrigé, je vais me régaler :-)

Le Papou 04/01/2013 14:40



Ne t'emballe pas. C'est L'Embellie pas l'Emballage. (Jeu de mots)



Bonheur du Jour 23/12/2012 16:57

Je ne l'ai pas encore lu mais cela ne saurait tarder !

Le Papou 23/12/2012 17:48



Je serai intéressé par avoir ton opinion.


Joyeuses fêtes



Alex-Mot-à-Mots 23/12/2012 12:45

Moi je suis sûre, je n'avais pas aimé son précédent.

Le Papou 23/12/2012 13:08



Alors, je ne crois pas que tu aimeras celui-là non plus.


Bon dimanche



kikine 22/12/2012 23:38

Peut-être aura t-on l'occasion de parler de "Rosa Candida" prochainement. Peut-être essaierai-je ce livre-ci pour voir si j'abonde dans le même sens que toi.

Le Papou 23/12/2012 05:03



Tu as l'air d'avoir beaucoup de peut-être dans ton clavier. As-tu fait un billet sur Rosa Candida


Je note comme une pointe de déception. Me trompe-je ? Pour L'embellie, je te le conseille si tu le trouves à la
bibli, cela évitera de m'en vouloir si tu n'aimes pas.


Passe de bonnes fêtes



Lystig 22/12/2012 08:23

je me pose aussi la question pour la traduction du titre !!!
il m'arrive de temps en temps la même chose : pourquoi ne pas traduire le titre, tout simplement ?
(ce livre est une lecture prochaine)

Le Papou 22/12/2012 14:52



J'attends tes impressions.